vendredi 19 juillet 2019

Aime comme Marquise - P.Froget - Espace roseau Teinturiers


Espace Roseau Teinturiers
site du théâtre ICI
durée 1h35
Aime comme Marquise
Philippe Froget

  • Mise en scène Chloé Froget
  • Avec Aurélie Noblesse, Xavier Girard, Christophe Charrier, Chloé Froget

“Belle marquise vos beaux yeux me font mourir d’amour !”

Que voilà une belle comédie, sur une des comédiennes les plus talentueuses du 17ème siècle, amie-amante de Molière mais c’est surtout Racine qui lui a écrit ses plus beaux rôles.

Paris, dans la loge de Marquise, elle se prépare pour jouer “Andromaque” tragédie que lui a écrit Racine son amant. Elle reçoit la visite de La Reynie, lieutenant général de la police, Louis XIV veut savoir si ces deniers sont bien employés, et si vraiment Molière est l’auteur de ses pièces et non pas Corneille, comme la rumeur le prétend…

Marquise du Parc, épouse de Gros René, il l’a découverte alors qu’elle n’était qu’une danseuse (exploitée par son père), il en est tombé amoureux et ma foi, sa gentillesse et sa bonhomie ont décidé Thérèse de Gorla à épouser Du Parc. Les voilà enfin dans la troupe du “patron”. Mais il faut décider Molière à engager la jeune femme, ce sera chose facile.

Une comédie qui se déroule comme une enquête policière, Marquise n’a pas les réponses, elle ne doute pas de Molière. Quant à Corneille malgré son indéniable talent, il n’a pas eu les faveurs de Marquise, lui écrira des stances pas bien aimables ce qui lui vaudra d’être “épinglé” par Tristan Bernard et Brassens des siècles plus tard !

Décors en trompe l’oeil, rideaux de scène, coulisses, changement de décors et de situation devant le public. Marquise de 1668 se souvient de la jeune fille de vingt ans. Des scènes se croisent, l’une en vers, l’autre en prose.

Une mise en scène créative, qui donne envie d’aller au théâtre, ce théâtre populaire, de tréteaux, qui touche au coeur et à l’esprit. On s’amuse, on rit, on est ému.

L’interprétation est de haut niveau, ils ont du succès, bravo c’est largement mérité !



Anne Delaleu
19 juillet 2019

Aucun commentaire:

Publier un commentaire