vendredi 30 septembre 2016

Les jeux de l'amour et d'Offenbach - Y. Coudray - théâtre de Poche Montparnasse




Site du théâtre ICI
du mardi au samedi 19h et dimanche 17h30

Les jeux de l’amour et d’Offenbach
Fantaisie lyrique sur des musiques de Jacques Offenbach
Texte et mise en scène Yves Coudray

Avec Edwige Bourdy, Lionel Peintre et au piano Sophie Teulon (en alternance avec Mélanie Boisvert, Jean-Michel Séréni, et au piano Nina Uhari, Erika Guiomar)

Maître Offenbach part pour une longue tournée en Amérique et il recrute des chanteurs. Ernestine a laissé son baron de côté pour revenir sur les planches, Alfred lui aussi revient sur scène, il a laissé de côté sa dernière conquête. Ils ont tous deux un point commun, ils se sont aimés il y a quelques années, et surtout ils ont eu vent de l’audition bien avant qu’elle ne soit diffusée dans la presse !

Nous sommes entrainés dans un galop d’enfer, avec des musiques pétillantes, douces, romantiques et surtout un excellent trio, Edwige Bourdy qui connait son Offenbach sur le bout du cœur, Lionel Peintre et sa belle voix de baryton, ainsi que Sophie Teulon, accompagnatrice de choix. On rit, on fredonne à mi-voix, on s’amuse beaucoup des facéties lyriques de ces personnages, l’histoire de ce couple racontée à travers les couplets d’Offenbach est une brillante idée de Yves Coudray.


C’est un spectacle frais comme une coupe de Champagne, à consommer sans modération au Poche-Montparnasse !


Anne Delaleu
30 septembre 2016


mardi 27 septembre 2016

Brasseur et les Enfants du Paradis - D. Colas - théâtre du Petit St Martin



Site du théâtre ICI


Brasseur et les Enfants du Paradis
Daniel Colas

Avec Alexandre Brasseur et Cléo Senia
Mise en scène de l’auteur

Une jeune femme pose à demi nue, elle prend la même pose qu’Arletty lorsque celle-ci jouait Garance, Pierre Brasseur peint justement ce portrait pour elle, il souhaite offrir le tableau à son amie. Les souvenirs ressurgissent chez l’artiste pour évoquer la naissance d’un chef d’œuvre du cinéma qui rendait hommage au théâtre et à des interprètes prestigieux et une période bien noire de notre époque.


En 1943, l’occupation allemande, la débâcle, mais la vie doit continuer, les spectacles doivent se jouer, même devant l’occupant…

Un poète engagé Jacques Prévert, un talentueux réalisateur Marcel Carné homosexuel,  le compositeur Kosma et le décorateur Trauner juifs tous deux, vont s’unir pour offrir à la France un film poétique, historique, mais avec les répliques de Prévert il y a de la Résistance dans l’air !


Pierre Brasseur, grand séducteur, aurait bien consolé Arletty mais celle-ci avait pour amant un bel officier allemand, à la Libération, elle lancera « mon cœur est français, mon cul est international » et « si vous ne vouliez pas que je couche avec un allemand, il ne fallait pas les faire entrer ! », certes c’est drôle et Arletty n’aura qu’un blâme et une interdiction de travailler pendant trois ans, elle a eu plus de chance que certaines de ses condisciples (je pense à Mireille Balin).

Quant à Pierre, il a séduit une jolie « souris grise », ils ont passé du bon temps, et il s’interroge sur la justice, l’épuration, lui aussi a « collaboré à l’horizontale » à sa façon, comme certainement beaucoup d’autres. La Résistance si près d’eux, Barrault se serait bien engagé mais il y a Madeleine, il ne veut pas la laisser seule.

Une performance pour Alexandre Brasseur que de se glisser dans le costume de son grand-père, une émotion que l’on ressent aussi. Il ne manque pas l’humour et l’esprit des Brasseur !



Drôle de guerre, drôle de drame, le monde de la poésie et de l’intelligence va contrecarrer la barbarie.

Anne Delaleu
27 septembre 2016


lundi 26 septembre 2016

Festival Les enfants d'abord - à Paris dans des péniches et des lieux à fleur d'eau





Festival Les Enfants d’abord : brochure à télécharger ICI


Le festival de spectacle vivant pour le très jeune public de 7 mois à 7 ans,

à Paris dans des péniches et des lieux à fleur d’eau.

Du samedi 8 octobre au dimanche 16 octobre 2016

  • Des spectacles pluridisciplinaires présentées par 18 compagnies qui mènent un travail de recherche artistique, exigeant et novateur en direction de la petite enfance,
  • 20 spectacles dont 11 créations pour 72 représentations, une conférence- débat, un grand bal,
  • 13 péniches, barges et lieux à fleur d’eau dans 4 arrondissements de Paris
  • Des représentations en temps scolaire pour les écoles, les crèches, halte- garderies, associations…,
  • 2 week-end particulièrement destinés aux familles

mardi 20 septembre 2016

Edmond - A. Michalik - théâtre du Palais Royal



Site du théâtre ICI
mardi au samedi 21h et dimanche 16h30
Photos Copyright Ajejandro Guererro

Edmond
Alexis Michalik
 Mise en scène de l'auteur.

Avec Anna Mihalcea, Christian Mulot, Christine Bonnard, Guillaume Sentou, Jean-Michel Martial, Kevin Garnichat, Nicolas Lumbreras, Pierre Bénézit, Pierre Forest, Regis Vallée, Stéphanie Caillol, Valérie Vogt


Cyrano, l’un des plus beaux rôles du répertoire, convoité par tous les comédiens, Constant Coquelin en a été le créateur, et c’est l’histoire d’une rencontre, d’une amitié solide que nous conte Alexis Michalik.



1895, la grandissime Sarah joue une pièce « La princesse lointaine » d’un jeune poète, Edmond Rostand. Le jeune Edmond est marié avec son grand amour Rosemonde Gérard, et ils ont deux garçons, qui deviendront illustres à leur tour mais ça ils ne le savent pas encore !

Pour l’instant, les dettes s’accumulent, Edmond ne croit plus en lui, mais il peut compter sur Rosemonde, qui a laissé de côté sa carrière de poétesse, plus tard peut être reprendra-t-elle son envol.

On ne peut rien refuser à Coquelin, et Rostand ne peut lui résister longtemps, il lui propose une pièce en vers, mais se garde bien de lui dire, qu’elle est encore dans sa tête et pas vraiment sur papier !

Edmond retrouve avec plaisir ses amis et surtout un comédien, beau garçon, frimeur, qui aime conter fleurette à la jolie costumière du théâtre, où se joue la dernière comédie de Feydeau « le dindon ». Courteline et Feydeau sont en haut de l’affiche, et se moquent gentiment de Rostand.

Rostand va peu à peu, au fil des rencontres au bistrot ou dans les coulisses, se forger l’idée de sa pièce, de ses répliques, bien sûr, il faudra compter aussi avec les producteurs corses (clin d’œil pour l’Aiglon…), des caprices de la comédienne principale, de la jalousie de Rosemonde, et puis honneur au Pays Basque, cher à Rostand, il y a le jeune Maurice, qui dirige la musique du spectacle avec un boléro qui fera parler de lui !



Alexis Michalik a eu une belle idée de sujet, la naissance et la première d’un chef d’œuvre. Tout y est, même le côté vaudeville d’un Feydeau, les portes  qui claquent, les quiproquos. Les comédiens sont excellents, tous apportent leur touche personnelle et leur talent. On rit beaucoup, on admire les costumes superbes, les décors et accessoires, volent et dansent au rythme des scènes. Un spectacle à ne pas manquer pour tout le bonheur qu’il apporte.

Anne Delaleu
20 septembre 2016



dimanche 18 septembre 2016

Don Quichotte - d'après Cervantès - théâtre 13/Seine

Site du théâtre ICI
Mardi au samedi 20h – dimanche 16h
2h10 sans entracte

Don Quichotte
D’après Miguel de Cervantes
Mise en scène Jérémie Le Louët (Compagnie des Dramaticules)

Cervantes et Shakespeare sont partis vers d’autres cieux le même jour il y a 400 ans.



Jérémie Le Louët et sa compagnie ont privilégié l’Espagnol, l’Anglais a été inondé d’hommages, de représentations, de commémorations.

 Avec ce spectacle, iconoclaste, inventif, on revient à l’origine même du théâtre, celui qui allait de ville en ville, dans les campagnes, divertir le public, le former, parfois lui faire sentir la peur de l’enfer, la morale aussi. Le public, était friant aussi de farces, de récits de chevalerie…

Là on ne sait pas trop qui est le comédien, le narrateur, les personnages sortent parfois de leurs rôles pour redevenir le comédien qui râle, qui sort de scène pour une raison ou une autre.
C’est une joyeuse pochade bien organisée en tout cas, avec la complicité du public justement comme à l’origine du théâtre, ou les spectateurs s’invitaient dans le spectacle ! Des accessoires, des cintres garnis de costumes, de la vidéo en direct ou enregistrée. Tout est au taquet comme on dit maintenant !

On débute par une interview puis le spectacle commence vraiment, Don Quichotte enfourchant Rossinante et Sancho suit derrière sur sa mule à pédales, l’histoire est respectée, mais ce n’est pas vraiment essentiel. L’histoire de Don Quichotte est universellement connue, mais au fait combien de personnes ont vraiment lu l’ouvrage ?


Un joyeux spectacle qui convient à toute la famille. 

Anne Delaleu
18 septembre 2016


Challenge théâtre 2016

samedi 17 septembre 2016

Renata - J. Maestro - Comédie Bastille PROLONGATIONS !



Site du théâtre ICI
du jeudi au samedi 21h
Samedi et dimanche 17h


Renata
d'après « Renée » de Javier Maestro
Avec : Sophie Mounicot, Philippe Saïd, Emma Fallet, Sebastiàn Galeota, Antoine Berry-Roger
Une pièce argentine traduite et adaptée par Sebastiàn Galeota et Stéphan Druet,

Mise en scène : Stéphan Druet
Costumes : Denis Evrard
Chorégraphe : Christophe Segura

Une maison bourgeoise à Paris, en deuil, un jeune homme pleure devant un cercueil. Les employés de maison, Monique et Philippe, sont désespérés, mais pas tristes, leur patron vient de mourir, ils cherchent partout un testament, qui puisse les protéger, garder leur emploi.

Renata, la veuve de Théo est partie un jour sans laisser d’adresse… et tout à coup vient une idée au couple, les biens et la fortune de Théo doivent leur revenir, mais il faut trouver une « Renata » pour jouer le rôle de la veuve éplorée auprès d’un notaire.

 copyright  : Bruno Perroud

Ils découvrent dans une malle, quelques belles robes et des escarpins de Madame, Monique et Blanche, telles les sœurs de Cendrillon essaient de se chausser, mais hélas, rien ne va, Jean se propose de les essayer, et « Renata » nait sous les yeux ébahis et réprobateurs de ses parents !

Ma foi, l’illusion est parfaite ! Jean qui était effacé dans son costume masculin, resplendit en femme, heureux, épanoui. Ce qui ne laisse pas indifférent son homophobe de père, énerve Momo sa mère maîtresse-femme et attendrit Blanche sa tante, éternelle rêveuse de Prince charmant, noyant son attente dans l’alcool.

On rit, parce qu’on connait la supercherie, nous sommes voyeurs après tout. Les malentendus, les quiproquos, provoquent l’hilarité, la belle Renata, est radieuse, Jean a trouvé sa personnalité, mais comment faire accepter sa différence à sa famille plus cupide qu’aimante, et surtout être sincère envers Alexandre, le notaire, gentil, tendre et … amoureux. La situation devient peu à peu glauque.

 copyright  : Bruno Perroud

La musique argentine, le tango, rythment la pièce, la passion y est dans les lumières, les couleurs chatoyantes des robes de Renata, tout à l’opposé de ce classique salon bourgeois.
Une parfaite mise en scène et des comédiens exceptionnels, la palme revient à Sebastiàn Galeota qui ne caricature pas le personnage.


Une pépite à découvrir !


Anne Delaleu

17 septembre 2016

Challenge théâtre 2016

mercredi 14 septembre 2016

La louve - D. Colas - théâtre La Bruyère


Site du théâtre ICI
mardi au samedi à 21h
matinée samedi à 16h, dimanche 15h30
2 h sans entracte.
Photos LOT
La louve
Daniel Colas

Mise en scène Daniel Colas


1515 ? Marignan !!!! Oui en effet la date préférée des écoliers français, facile à retenir, si tant est qu’ils apprennent encore l’Histoire… Mais pour l’instant revenons à notre échiquier royal, présenté par un homme mystérieux, qui nous conte une incroyable anecdote, véridique.


François, comte d’Angoulême, déjà très porté sur les jolies femmes, pas beaucoup sur la sienne, charmante princesse, mais boiteuse et peu gracieuse. François, est tombé amoureux de sa jeune belle-mère, la gracieuse Mary d’Angleterre, sœur d’Henri VIII mais reine de France, troisième épouse de Louis XII, grand consommateur de femmes lui aussi !


Un coup de tonnerre dans ce tableau familial, le roi Louis meurt, mais Mary, sa veuve attend un héritier ! Louise de Savoie, mère de François veille au grain… elle a bien du mal à retenir la fougue de son fils et ne veut pas que se réduisent à néant tout son lent travail de négociatrice, et ce chien fou pourrait bien perdre la couronne qui lui revient.


Dans cette histoire, les femmes se défendent, mariées par convenance, ne connaissant rien à la vie, elles sortent les griffes et les dents, Louise pour son fils François, Mary (Coralie Audret blonde et joliment perverse) pour se sauver d’un autre mariage sans amour ou d’un couvent, quant à la pauvre Claude (émouvante Maud Baecker), on ne lui demande que de faire des enfants et être la « marraine » d’une variété de prunes …


Une belle épopée, interprétée avec humour et faste par Béatrice Agenin, royale comme il se doit, omniprésente, Patrick Raynal porte avec le rôle du roi vieillissant et rongé par les remords, une vision toute en nuances du personnage. Gaël Giraudeau est le bondissant futur jeune roi, au parler cru et gourmandant sans cesse ce pauvre Yvan Garouel, bègue et souffre-douleur. Ils sont bien entourés par Adrien Melin, Suffolk amoureux certes, mais bon négociateur aussi.


Daniel Colas signe là une belle histoire au dénouement surprenant que je vous invite à découvrir avec une troupe brillante et de magnifiques costumes de Jean-Daniel Vuillermoz.


Anne Delaleu
14 septembre 2016


Challenge théâtre 2016

mardi 13 septembre 2016

L'or - B. Cendrars -



site du théâtre ICI
mardi, mercredi, jeudi et vendredi à 19h, samedi à 16h
1h20
L’or
d’après le roman de Blaise Cendras

Mise en scène Xavier Simonin - Musique Jean-Jacques Milteau

« La ruée vers l’or », que de récits, de spectacles sur ce phénomène qui a bouleversé tant de vies, la fièvre de l’or, les conséquences inimaginables, les destins foudroyés.

Blaise Cendrars, suisse d’origine écrivit en 1925 ce tout premier roman, biographie d’un compatriote Johan Sutter. Celui-ci partit pour la Californie en 1834, il risquait la prison pour dettes et a préféré s’exiler, il prend le bateau au Havre avec un passeport français.

Arrivé à New York, il part s’installer en Californie, son sens des affaires, son courage et son génie, lui font rapidement faire fortune. Mais un coup de pioche dans un de ses terrains va changer le cours de sa vie…

Un coup de pioche, un ouvrier découvre le filon. Sutter lui ordonne de se taire. Pressent-il  la catastrophe ? Hélas, Marshall ne tient pas sa promesse et la nouvelle se répand dans tout le pays. Et c’est la ruée, Sutter ne parvient pas à endiguer la folie de l’or, il perdra tout ce qu’il avait. Sa famille qu’il n’avait pas vu depuis quinze ans arrivera pour découvrir les ruines d’un empire.

Sutter est-il à plaindre ? Difficile à trancher, il a réussi sans états d’âme, se servant d’esclaves, de main d’œuvre facile à exploiter. Apre en affaires, il s’est quand même fait berner. Son destin est intéressant et continue à faire couler beaucoup d’encre.

Xavier Simonin endosse le costume de Johan Sutter, il transforme le récit en « wild west show » ! Un rail de mine est suspendu, il servira au conteur pour s’agripper, monter, escalader.
Jean-Jacques Miteau ponctuera les différentes parties du récit avec son harmonica, souvenir aussi de la patrie de Sutter, c’est aussi l’instrument du Far West, facile à transporter dans ses bagages !

Anne Delaleu
13 septembre 2016


vendredi 9 septembre 2016

Quand le diable s'en mêle - Feydeau/Bezace - théâtre de l'Aquarium



Anne Delaleu
Théâtre de l’Aquarium site ICI
(2h 30)

Quand le diable s’en mêle
D’après trois courtes pièces de Georges Feydeau

Adaptation et mise en scène Didier Bezace

« Léonie est en avance »
Toudoux (joli nom !) est le futur papa, c’est son premier et Léonie sa femme souffre, elle n’a pas l’intention de le laisser en repos ! La belle-mère n’arrange rien, et la sage-femme aux allures de diablotin va semer la zizanie avec malice.

« Feu la mère de madame »
Lucien a fait la noce, il rentre tard, costumé en Louis XIV, il se fait sermonner par sa femme mais hélas pour eux, la nuit ne sera pas douce, le diable viendra leur annoncer le décès de la mère de madame. Lucien ne pense qu’à ses créanciers qu’il va enfin pouvoir régler. Mais Monsieur Lemalin leur a joué un bien vilain tour.

« On purge bébé »
Monsieur Follavoine vend des pots de chambre en porcelaine incassable, il compte bien avoir la clientèle de l’armée française et pour cela a invité le colonel Chouilloux. C’est sans compter sur le diablotin qui prendra la tête à Toto ! Ce petit chenapan ne veut pas boire sa purgation, sa mère, trainant en bigoudis, robe de chambre, rien de bien folichon, mais elle n’en a cure, se préoccupe surtout de la santé du gamin et trouvera un allié en la personne de Chouilloux, hélas pour lui...

On rit beaucoup avec les comédiens, qui s’en donnent à cœur joie et jouent avec sincérité, cette galerie de personnages peu recommandables, mais si touchants dans leur maladresse.


Feydeau à travers ses pièces, démontre sa vision peu idyllique de la vie conjugale, il en savait quelque chose et a réussi à nous faire rire de ses démons intérieurs.

mercredi 7 septembre 2016

Politiquement correct - S. Lelouch - Pépinière théâtre




site du théâtre ICI
1h30
mardi au vendredi 21h 
samedi 16h et 21h


Politiquement correct
Salomé Lelouch
Ecrit et mis en scène par Salomé Lelouch

Avec Rachel Arditi, Thibault de Montalembert, Ludivine de Chastenet, Bertrand Combe et Arnaud Pfeiffer.

Un soir de printemps et d’élection présidentielle, Alexandre et Mado, se sont donnés rendez-vous dans leur bistrot habituel « chez Loulou ». Ils ne se connaissent pas, mais par un curieux concours de circonstances, ils ont chacun le portable de l’autre !

Elle est charmante, lui séduisant, ils parlent bien entendu des résultats du premier tour et Cupidon s’ennuyant ferme se jour-là, décide de tirer ses flèches un peu n’importe comment. Et voilà que la gauche et l’extrême-droite se retrouvent amants !

Andréa, marxiste et amie de longue date de Mado, est heureuse du bonheur de Mado, et beaucoup moins quand elle apprend les préférences politiques d’Alexandre, le point d’orgue est donné avec Louis, ami d’Alexandre, fleuriste de son état et militant FN.

Peut-on aimer malgré les différences d’opinion ? Oui, pourquoi non, maintenant vivre dans le militantisme de l’autre et faire avec, n’est sans doute pas chose facile. Rien ne dit non plus, qu’un couple ayant la même opinion politique est plus solide.


En tout cas, on ne peut pas reprocher aux comédiens leur engagement pour cette comédie, on rit souvent, mais la fin surprenante m’a laissée perplexe.



Le dernier baiser de Mozart - A. Teulié - théâtre du Petit Montparnasse


Site du théâtre ICI

Le dernier baiser de Mozart
Alain Teulié

Mise en scène Raphaëlle Cambray
avec Delphine Depardieu et Guillaume Marquet


Un intérieur bourgeois, une cage à oiseaux dans un coin, des livres, des partitions, un piano. Il neige dehors, on est en janvier à Vienne en 1791, le poêle est allumé.




Constance Mozart frissonne, elle attend quelqu’un, Franz-Xaver Süssmayr entre, il est intimidé. Triste aussi, il a perdu son ami, qui le taquinait certes mais sans méchanceté, Wolfgang était un sacré galopin !

Constance le charge de remettre à l’Empereur, un courrier demandant assistance. Elle est jeune veuve avec deux jeunes garçons. Elle est prête à tout pour ses enfants et pour elle.

Franz-Xaver lui propose de terminer le Requiem. Quelle audace ! Elle a d’autres projets en tête.

C’est le jeu du chat et de la souris, ils s’observent, se jaugent, la séduction est là aussi, Constance ne joue-t-elle pas un double jeu ? Faire croire à Franz qu’elle a demandé à un autre de terminer le Requiem, et ainsi toucher l’argent qu’on lui doit ? Franz a l’air si naïf, si désemparé devant cette femme qu’il a autrefois aimé.

Le texte d’Alain Teulié est fin, incisif, drôle. Raphaëlle Cambray signe une mise en scène efficace, respectueuse, ne cherche pas à imposer du Mozart, il est en filigrane, si présent.

Delphine Depardieu joue de sa coquetterie, charmeuse, tentatrice, mais déterminée. Guillaume Marquet est l’instrument musical, il est fragile, mais lorsqu’il parle du Requiem, tout son être est au diapason.


« Lorsqu'on vient d'entendre un morceau de Mozart, le silence qui lui succède est encore de lui » Sacha Guitry.

Les chatouilles ou la danse de la colère - A. Bescond - soirée exceptionnelle au Chatelet

représentation exceptionnelle au théâtre du Châtelet le mercredi 19 octobre et jeudi 20 octobre à 20h




Crédit photos Copyright mention Karine Letellier



Les chatouilles ou la danse de la colère
Andréa BESCOND

Où il est question de l’insoutenable, du viol d’une enfant par l’ami de la famille, marié, père de trois garçons.

Odette, petite fille, adore dessiner, elle rencontre son bourreau, un ami de ses parents.
Plus tard, Odette pour se « laver », se reconstruire, sera artiste, elle aime la danse qui lui permet d’exprimer sa souffrance, des signaux que ne comprennent pas ou ne veulent pas voir les adultes qui l’entourent.

La scène chez la psy avec la mère est révélatrice du malaise, maman préfère voir la souffrance des autres mais traite sa fille de menteuse. Il n’est pas facile de reconnaître que l’on s’est trompé sur la « bienveillante attention » de l’ami Gilbert durant tant d’années.


Odette sombre dans les paradis artificiels, les amours passagères. Les castings plus ou moins loufoques, il faut bien gagner sa croûte.

Puis retour sur ces années de petite fille et le cours de danse, où la prof essaie de ne pas sombrer dans le « burn out » avec des gamins excités comme des puces !

Puis, les rêves pour s’échapper de la réalité, les rencontres imaginaires ou que l’on voudrait véridiques.

Et enfin, se délivrer par la parole et dénoncer le cher Gilbert… Odette aura affaire à un commissaire, haut en couleurs, mais pas vraiment dans la délicatesse !


Andréa Bescond aidée par Eric Métayer est tour à tour Odette, Gilbert le monstre, la prof de danse, la mère, le commissaire un peu trop bon enfant, le copain rappeur et d’autres personnages
.
C’est une danseuse accomplie et une remarquable comédienne, savoir nous serrer le cœur, avoir peur comme elle, et aussi rire de certaines situations. On jongle entre le rire et les larmes, un tour de force.



A ne pas manquer dès le 14 janvier au Petit Montparnasse.

site du théâtre Montparnasse ICI

Challenge théâtre 2015

mardi 6 septembre 2016

Vient de paraître - E. Bourdet - théâtre 14



Site du théâtre ICI
2 heures. le lundi à 19h et du mardi au samedi à 21h.
jusqu'au 22 octobre.

Vient de paraître
Edouard Bourdet

Mise en scène Jean-Paul Tribout

Avec Caroline MAILLARD, Jean-Paul BORDES, Eric HERSON-MACAREL, Xavier SIMONIN, Laurent RICHARD, Jean-Marie SIRGUE, Jean-Paul TRIBOUT

Une vraie ruche cette maison d’édition ! et pour cause, un de leurs romanciers favoris est sur le point d’obtenir le prestigieux prix « Emile Zola ». Maréchal est sur des charbons ardents, très dandy, charmeur, sûr de lui, égocentrique, il patiente chez le directeur Moscat. Ce dernier est confiant et pour cause, les « magouilles » il s’y connait, son « poulain » aura le prix tout est programmé pour cela !

Mais rien ne se passera pas comme prévu, Moscat apprend par un jaloux, la trahison de Maréchal, celui-ci a signé avec une autre maison d’édition. Moscat réussi à faire éliminer Maréchal du prix tant convoité. Ce sera un illustre inconnu qui remportera tous les suffrages. Et voilà que commencera la plus grande supercherie de la maison d’édition ! L’inconnu travaille au ministère, a tout son temps pour écrire ses romans, sa charmante épouse le soutient et le pousse à écrire.

Imbroglio sentimental et littéraire voilà le sujet de cette comédie peu connue d’Edouard Bourdet. L’écriture est incisive, intelligente, Bourdet connaissait son sujet !

La mise en scène de Jean-Paul Tribout est vive, met le texte en valeur, les comédiens ne boudent pas leur plaisir et l’interprétation est de premier ordre. Jean-Paul Bordes traverse l’histoire avec la nonchalance qui sied au personnage, séducteur mais pas trop, Eric Herson-Macarel, l’auteur à succès qui ne s’y attendait pas, fait ressortir toute sa veulerie, Caroline Maillard est au centre de cette joute sentimentale et littéraire et du peu glorieux marché que lui propose Jean-Paul Tribout qui s’est donné un malin plaisir à jouer ce diablotin de Moscat.

Une bonne soirée, on rit beaucoup, et on se délecte de cette histoire toujours d’actualité… et un bon début de saison pour le théâtre 14.

vendredi 2 septembre 2016

Derniers fragments d'un long voyage - C. Singer - Guichet Montparnasse




Site du théâtre ICI
Vendredi et samedi 20h30
Dimanche 16h30

Derniers fragments d’un long voyage
d’après le journal de Christiane Singer

Mise en scène Céline Marrou

Christiane pleure avec les siens, elle est sous le choc de la nouvelle, elle n’a plus que quelques mois à vivre. Et nous découvrons une jeune femme debout souriante bien décidée à aimer, à s’aimer et faire partager son ultime expérience. C’est une amoureuse de la littérature, une gourmande des mots.

Romancière réputée, elle a écrit de nombreux ouvrages, le Sacré, le Mystique imprègnent ses œuvres. Cette force de caractère, cette luminosité elle s’en servira comme d’un bouclier, contre la peur, la souffrance du corps et de l’esprit.

Son amour de la vie et des autres, son parcours professionnel et personnel lui donnent une force mystérieuse. Sans pathos, prête à chaque instant à savourer la vie, le chant d’un oiseau, un arbre au loin, tout est merveilleux ! Certes le texte n’est pas facile, il raconte aussi ses souffrances physiques, et on peut se demander comment on affronterait la « chose » si elle nous arrivait. Souvenirs personnels et familiaux qui me sont revenus.

Je me souviens avoir vu il y a quelques années «Entre ciel et chair» adaptation théâtrale d’après son livre « Passion » sur les amours d’Héloïse et d’Abélard. Déjà la spiritualité et l’amour.

Jézabel d’Alexis, est intense, son phrasé et son corporel sont imprégnés par le texte. Elle illumine de tout son être les derniers instants de Christiane. C’est une tragédienne née.



Communiqué : Soirée de soutien pour la Maison des Femmes - théâtre Dejazet







ENSEMBLE
pour la Maison des Femmes

soirée de soutien pour la Maison des Femmes de l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis pour permettre la prise en charge des femmes victimes de violences

lundi 26 septembre 2016 à 20h30
au théâtre Dejazet

Pour rendre hommage aux Femmes et à l’ouverture de la Maison qui leur est destinée, une pléiade d’artistes de tous horizons, comédiens, chanteurs, musiciens, danseurs conjuguent leurs talents au cours d’une soirée d’exception présentée par Elisabeth QUIN

Avec la participation de :

Inna MODJA, SHIRLEY et DINO, Daniel MESGUICH, Dimitri ARTEMENKO, Olivier BREITMAN, Darya DADVAR, Jean-Claude DERET, ERIC SLABIAK TRIO, Mona HEFTRE, Bafing KUL et Waris DIRIE, Layla METSSITANE, PARADOX SAL, Steve SHEHAN, Vadim SHER…

Moi aussi j'ai fait un rêve...
J'ai rêvé que les femmes, qui sont tout à la fois la moitié du ciel, l'avenir de l'homme et le sel de la terre si l'on en croit les poètes, étaient devenues des êtres humains, libres, égaux et fraternels...
Docteur Ghada Hatem-Gantzer

THÉÂTRE DÉJAZET 41 boulevard du Temple - 75003 PARIS
Réservations : 01 48 87 52 55 - www.dejazet.com / missives@wanadoo.fr
FNAC et points de vente habituels
Tarif plein : 35 € / Tarif réduit : 25 € (chômeurs, intermittents, jeunes de moins de 26 ans)