vendredi 18 octobre 2019

Prof - J-P Dopagne - Théo Théâtre


site du théâtre ICI
durée 1h15 - tous les vendredis à 19h30
jusqu'au 13 décembre 2019

Prof'

Jean-Pierre Dopagne


Mise en scène Yves Javault
Avec Jean-Marie Garandet


Un homme qui a perdu sa dignité, face à des ados difficiles, lui le fils d’un paysan, d’un “cul terreux”, il a voulu croire en la transmission du savoir, de la beauté d’un texte. Son père voulait qu’il fasse autre chose, oui enseignant c’est ça qu’il faut faire !

Mais que faire face à des gamins qui préfèrent les belles voitures, d’abord ça gagne combien un prof ? Lui, le professeur, parle de ses confrères, l’un picole, l’autre s’en fout, une encore prend des antidépresseurs. Lui, il a sa femme, choriste à l’opéra et leur petite fille, mais tous les matins, une grosse barre à l’estomac, a-t-il au moins une écoute de ses supérieurs, pas vraiment, alors il est seul, face à des mômes qui le méprisent, face à leurs doutes et leurs angoisses aussi, mais qui n’a rien à voir avec Molière, Plutarque, Shakespeare...

De quoi parle cette pièce ? du ras-le-bol d’un homme qui ira jusqu’à la tragédie pour se sentir libre, mais aussi de la représentation théâtrale, un acteur, un professeur, ils ont un public. Et là est-ce l’acteur ou le prof qui s’adresse à nous ?

Un texte d’une brûlante actualité, je pense au suicide de cette directrice d’école, qui n’avait pas trouvé l’écoute nécessaire. Les problèmes sont toujours les mêmes, la faute à qui ? à quoi ?



Anne Delaleu
18 octobre 2019
Théo Théâtre

mercredi 16 octobre 2019

En ce temps là l'amour - G. Segal - théâtre des Mathurins



Site du théâtre ICI
mercredi au samedi 21h - dimanche 16h30
durée 1h20

En ce temps là, l’amour...
Gilles Ségal (1929-2014)

Mise en scène : Christophe Gand
Avec David Brécourt

Une pièce, une cave apparemment, tout un bric à brac, caisses, valises, horloge, pendule. Un homme que nous nommerons Z, enregistre sur un magnétophone à bandes, il hésite plusieurs fois, il reprend sa phrase, on sent bien que ça lui coûte de parler, il s’adresse à son fils, qui vient d'être papa.


C’est une confession, un message que veut transmettre cet homme. Lors de l’enregistrement il parle aussi de sa femme et de sa fille. L’homme a vécu la déportation, mais le héros ce n’est pas lui, c’est un compagnon d’infortune avec son petit garçon. Ce père de famille, fera tout pour vivre “normalement” pendant le trajet qui les conduit à Auschwitz. Dans le train, il continuera à donner des leçons de français à son enfant, l’encourageant à dire des récits, à inventer des histoires. Ne pas se laisser aller, et pourquoi pas, devenir amoureux !


Bien sûr, les autres le prennent pour un fou, et Z ne supporte pas cette inconstance, le père n’écoute pas les autres gémir ou prier, il fera en sorte que son petit garçon ne souffre pas. Z est excédé et ne peut imaginer que l’on puisse passer outre ce qui les attendra au bout. Il s’en prend à tout, aux religions, à Dieu ou Jéhovah. Et puis, peu à peu, sa violence se transformera, il finira même par entrer dans le jeu de l’homme.


C’est une leçon d’humanité que nous propose Christophe Gand, le texte de Gilles Segal est poignant, parfois comique, pas de pathos, les sept jours du trajet sont ponctués par de la musique, dont Bach et Mozart. Comédien exceptionnel David Brécourt prend le récit à bras le corps et lui insuffle la vie et l’amour. Il est brillant, drôle.

Un spectacle qui ne laisse pas indifférent.


Anne Delaleu
16 octobre 2019
Théâtre des Mathurins (petite salle)







mardi 15 octobre 2019

Une vie - Maupassant - théâtre des Mathurins


Site du théâtre ICI
19h du mardi au samedi - 16h30 dimanche
durée 1h20

Une vie
Guy de Maupassant

Mise en scène Arnaud Denis
Avec Clémentine Célarié

Sur le bord de la falaise, Une femme, Jeanne, contemple le vide, qu’est-il arrivé ?

photo Lot

Jeanne est heureuse de retrouver ses parents après les années au couvent. Elle est romanesque, et pense trouver l’amour vrai dans les bras de Julien, fort bel homme qui l’a demandée en mariage. Hélas, très vite elle sera humiliée, trompée par ses proches, par Rosalie sa soeur de lait, et Gilberte son amie.

photo Lot

Surprenant son mari et Rosalie, elle se révoltera, soutenue par ses parents, mais le médecin lui annonce qu’elle attend un enfant… sa grossesse ne sera pas le bonheur qu’elle espérait, elle subit cette “chose”, et puis l’amour maternel prendra le dessus. Jeune femme, trompée, une fois de plus, elle pense que seule la maternité lui apportera le bonheur, mais Julien ne veut plus d’enfant, par ruse, elle se retrouvera de nouveau enceinte (grâce d’ailleurs à une astuce de Monsieur le curé !). Le bonheur elle le trouvera dans son rôle de mère, enfin c’est ce qu’elle croit.

photo Lot

Gilberte, la belle amie est la maîtresse de son mari. Jeanne ne peut se douter que le comte de Fourville sera moins conciliant envers les amants et Jeanne impuissante, assistera à la tragédie mais ne dira rien… elle a son fils Paul qu’elle couve un peu trop.

Guy de Maupassant, l’homme qui aimait les femmes, une écriture, un style. Une femme, une vie, nul autre que lui n’a mieux écrit sur la condition des femmes, jeunes filles de bonne famille, mal mariées, amoureuses, déçues.

photo Lot

Clémentine Célarié démontre une fois de plus, une présence sur scène, une émotion, elle est Jeanne, jeune fille insouciante, épouse bafouée et mère de famille déçue, elle est Rosalie, Julien, Monsieur le curé et un stupéfiant Comte de Fourville. Quelle merveilleuse comédienne, humaine, donnant tout ce qu’elle a. Arnaud Denis a su recréer, avec le talent qu’on lui connaît, l’atmosphère de ce roman. Les autres partenaires de Jeanne sont bien présents, la mer, la Normandie, les falaises.

C’est prenant, touchant, parfois drôle, un spectacle à ne pas manquer, qui incite à relire les grands textes et Maupassant en particulier.



Anne Delaleu
16 octobre 2019
théâtre des Mathurins



mardi 8 octobre 2019

La souricière - A. Christie - La Pépinière théâtre


Site du théâtre ICI
mardi au samedi 21h - dimanche 15h30
durée 1h40

La souricière
Agatha Christie


Mise en scène : Ladislas Chollat
Adaptation : Pierre-Alain Leleu


Avec Dominique Daguier, Sylviane Goudal, Stéphanie Hédin, Brice Hillairet, Pierre-Alain Leleu, Marc Maurille, Christelle Reboul, Pierre Samuel

Mollie et Giles Ralston ouvrent pour la première fois une pension de famille, dans la campagne londonienne, c’est l’hiver et la neige tombe à gros flocons. Pour faire leur publicité à la radio, le couple s’engage dans une chanson et une danse vantant les mérites de leur doux logis !

Les pensionnaires arrivent tant bien que mal dans la maison, les Ralston n’ont pas pensé à dégager l’allée, ils sont cinq, une femme bien désagréable Mrs Boyle, un jeune homme extravagant Christopher, le major Metcalf en kilt of course, Miss Casewell jeune femme un peu garçonne et l’énigmatique Mr Paravicini, toujours ganté…

A la radio, on annonce un crime à Londres qui défraie la chronique, une femme a été tuée dans des circonstances mystérieuses, un autre crime va survenir dans la pension de famille, et par malheur, voilà les occupants coupés du monde, mais ils ont avec eux l’inspecteur Trotter qui vient à la rescousse et leur annonce la mauvaise nouvelle, l’assassin est parmi eux !

Avec Agatha Christie, on est rarement déçu, je me suis surprise à me demander si j’avais vu certaines scènes dans des “Hercule Poirot” ou “Miss Marple” !

Ladislas Chollat a fait une amusante mise en scène, j’ai moins aimé les intermèdes musicaux qui pour moi ralentissent l’action. Les comédiens sont excellents, chacun apporte sa touche personnelle à son personnage.

La reine Mary grand-mère de l’actuelle reine Elisabeth a eu la chance pour son anniversaire que la “Reine du crime” lui écrive une comédie policière, cette pièce tient l’affiche depuis 1952 à Londres !

Bon allez, puisque c’est vous, je vais vous dire qui est l’assassin …. euh non, à la réflexion j’aurai trop peur des représailles !

Anne Delaleu
8 octobre 2019
La Pépinière



samedi 5 octobre 2019

Pour un oui pour un non - N. Sarraute - Manufacture des Abbesses


Site du théâtre ICI
jusqu'au 23 novembre 2019
Jeudi, vendredi et samedi 19h



Pour un oui ou pour un non
Nathalie Sarraute
Cycle Nathalie Sarraute

Mise en scène Tristan Le Doze
Avec Bernard Bollet, Gabriel Le Doze, Anne Plumet et Rémy Jouvin
“Un ami véritable est le plus grand de tous les biens.”
La Rochefoucauld

Un plateau nu, une servante éclaire la scène, un homme bien mis est assis, il parle à un autre que l’on ne voit pas, est-on chez un particulier ou bien sur le plateau d’un théâtre ?

H1 ne comprend pas, il demande à son ami H2 ce qui a bien pu provoquer chez ce dernier un froid dans leur relation, leur amitié date de vingt ans, ils ont tout partagé, que s’est-il passé ? Une chose toute bête H2 a mal pris le ton sur lequel H1 aurait dit « Ah c’est bien … ça » lors d’une conversation, H2 s’est senti rabaissé.

Alors, les reproches, les règlements de compte ressortent, les souvenirs d’une randonnée qui a mal tourné, une photo de famille qui provoque de la jalousie chez l’autre. H2 va même demander à des voisins de les départager, créant un embarras de plus.

Le parti pris du metteur en scène est de jouer sur un registre un peu trop sombre à mon goût, le texte de Sarraute n’est pourtant pas dénué d’humour. Là l’amitié sombre dans la tragédie.

A voir pour découvrir un texte toujours intéressant de Nathalie Sarraute.



Anne Delaleu
5 octobre 2019
Manufacture des Abbesses

vendredi 4 octobre 2019

Madame Zola - A. Le Goff - Petit Montparnasse



Site du théâtre ICI
durée 1h20
mardi au samedi 21h et dimanche 17h

Madame Zola
Annick Le Goff


Mise en scène Anouche Setbon

Avec Catherine Arditi et Pierre Forest (photos  J. Stey)


On entend des aboiements, une femme élégante, tout de noir vêtue, parle gentiment à son fidèle chien Fanfan, la cérémonie l’a épuisée. C’est Alexandrine Zola, elle a conduit son illustre époux Emile au Panthéon, nous sommes en 1908, Zola est mort six ans plus tôt, dans des circonstances étranges, Alexandrine est la seule rescapée. Ils ont été intoxiqués, le conduit de cheminée était bouché…


Alexandrine va et vient dans la pièce, elle parle à Emile comme s’il était présent, lui parle de la cérémonie, elle tousse beaucoup et appelle donc M. Fleury le pharmacien. Celui-ci, affable, sympathique, avec des potions de sa composition, qui laissent perplexe Alexandrine, mais bon, c’est un brave homme, et petit à petit, ils parlent, de leurs vies respectives.

Elle le houspille, trouve étrange, cette manie qu’il a de lui parler alors qu’elle est allongée sur le divan et lui assis derrière ! Il lui parle de sa femme, Alexandrine évoque sa jeunesse et sa fille qu’elle a abandonnée, faute d’argent, une blessure à jamais ouverte. Emile avait sa double vie, elle a fini par accepter les enfants d’une autre, voilà une belle âme. Des enfants qui le lui rendent bien.

Elle se fâche aussi avec Fleury, il va un peu trop loin, sans le savoir elle évacuera son mal-être, avec un homme curieux de nouvelles pratiques “psychologiques”.


Le texte est brillant, drôle, répliques à vif, bien entendu, le duel Arditi - Forest est de haute volée. Catherine Arditi est drôle, émouvante, face à Pierre Forest, acceptant tout par pure amitié, nature et bon vivant.


Une pièce intéressante, sur un personnage méconnu mais combien courageux. Les grands hommes avaient tous un point commun, le génie certes, mais aussi la faiblesse des maris adultères !

A voir sans hésiter !

Anne Delaleu
4 octobre 2019
Petit Montparnasse

mercredi 2 octobre 2019

Swinging Poules - Essaion théâtre


Jusqu'au 6 janvier 2020
Site du théâtre ICI
Site de la Compagnie ICI
Du 28 Août au 21 novembre: les mercredis à 21h et jeudis à 21H30
Du 25 novembre au 6 janvier: les lundis et mardis à 21h

Relâches les 10, 17 et 24 et 31 décembr
e
durée 1h15

Les Swinging Poules 

Chansons synchronisées


Mise en scène : Flannan Obé

Avec Florence Andrieu, Caroline Montier, Charlotte Baillot (en alternance avec Flannan Obé),
Philippe Brocard au piano

Les Swinging Poules je les ai découvertes en 2014 à Avignon, et ça ne s’oublie pas !

Elles sont toujours aussi dynamiques et pêchues, ce soir une poulette avait laissé sa place à un jeune coq, l'inénarrable Flannan Obé (dont je suis fan depuis “Arsène Lupin banquier”, “l’envers du décor”, etc). Sa mise en scène est colorée, explosive, drôle.

Donc voilà nos copines chantant le monde du travail, à leur façon, et ce n’est pas triste, rien qu’en les voyant on évite le “burn out” ! L’amour aussi, je vous laisse juge de la poulette brune, oeillades assassines et séduction enfin elle fait son possible !


Chacune sa partie, ou chacun c’est selon le jour, petite brunette tente comme elle peut de jouer de sa mini guitare, se fait houspiller comme d’habitude, pleurniche comme toujours mais a plus d’un tour dans son sac à malices. La “grande blonde” et ses chansons réalistes, et ses vannes envers les copines.

N’oublions pas le pianiste, macho avec bonheur et effronterie, belle voix de baryton, aura bien du mal avec le trio à pois...

Le travail, l’amour, et aussi une délirante chanson sur les médocs qui vont vous faire rigoler la prochaine fois que vous lirez votre ordonnance. Répertoire des années 50 et 60 assaisonnées selon les poulettes.

Enfin, un spectacle à ne pas louper, pour rire sans méchanceté, sans vulgarité.
Allez on sort les maillots à l’Essaion !

Anne Delaleu
2 octobre 2019
Essaïon Théâtre

mardi 1 octobre 2019

L'un de nous deux - Jeanneney - Petit Montparnasse


site du théâtre ICI
Petit Montparnasse
mardi au samedi 19h - dimanche 15h
durée 1h25


L’un de nous deux
Jean-Noël Jeanneney

Mise en scène Jean-Claude Idée
Avec Christophe Barbier, Emmanuel Dechartre et Simon Willame


1944, Léon Blum, fidèle de Jaurès et chef du Front populaire et Georges Mandel, collaborateur de Clemenceau sont prisonniers en Allemagne près du sordide camp de Buchenwald.

Ils sont opposés tant sur le plan politique que personnel. Blum prend tout au sérieux, Mandel essaie de le dérider par l’écoute d’un disque, qui offusque Blum ! Les paroles de la chanson sont en effet équivoques sur la sincérité et l'honnêteté des hommes politiques… Il arrive pourtant à le faire sourire par l’évocation d’une anecdote lorsqu’il était ministre des PTT.

Entre l’écoute des nouvelles à la radio, ou le billard, qu’ils ont à disposition, des livres français aussi, les deux hommes malgré leurs divergences, parlent de leur parcours politiques, de leurs rêves et des désillusions. Mandel “pénalise” Blum, celui-ci en effet, parle un peu trop souvent de Jaurès, c’est un jeu entre eux, un petit buste du “Tigre” est aussi sur un buffet, chacun son idole ! Ils ont du respect l’un pour l’autre. Blum tente l’apaisement envers le jeune soldat allemand, Mandel quant à lui le houspille !

Ils le savent, ils sont en sursis, mais lequel partira le premier ? Tout va s’accélérer avec l’assassinat de Henriot, Hitler réclame une tête...

Jean-Claude Idée connaît son sujet, et on peut lui faire confiance, depuis les “Meilleurs alliés” dans ce même théâtre, décor soigné, vidéo qui représente l’extérieur de leur prison, allées et venues des automobiles, puis actualités d’époque.

Christophe Barbier et Emmanuel Dechartre sont convaincants jouant chacun leur partition, l’un plus léger et l’autre plus sombre.

Un sujet difficile mais bien interprété, qui fait réfléchir.

Anne Delaleu
1er octobre 2019
Petit Montparnasse

lundi 30 septembre 2019

Contes et légendes de la Huchette 2019


Les lundis à 19h et les samedis à 21h
site du théâtre ICI

Jacques Mougenot a brillamment ouvert le bal !

Lundi 30 septembre, il nous a conté “Les Fables de mon tiroir” recueil des fables savamment et drôlement détournées, pensez donc Perrette et son pot au lait avec les directives de Bruxelles de nos jours… sans compter l’histoire du déluge avec Noé pompette, après tout c’est de sa faute tout ça, les animaux qui embarquent sur son arche, il fallait bien qu’ils rencontrent La Fontaine et Mougenot !


Pour la suite La Huchette propose : 

  • Mieux vaut en rire, de Roger Défossez, avec Sophie Fontaine et Claude Leblond, les 12 et 14 octobre
  • Contes de Ionesco de Eugène Ionesco, conception Emilie Chevrillon, avec Pauline Vaubaillon et Serge Noël, les 19 et 21 octobre
  • Contes russes et autres histoires vraies, adaptation et avec Yves Thuillier les 26 et 28 octobre
  • Le Nom sur le bout de la langue de Pascal Quignard, avec Marion Lahmer, les 2 et 4 novembre
  • Trois rêves de Tamaris de George Sand, conception Antoine Campo, avec Valérie Jeannet et Nina Maléeva (Harpe), les 9 et 11 novembre
  • L’Enfer conjugal d’après des contes de Guy de Maupassant, avec Alain Payen, les 16 et 18 novembre
  • Histoire de la mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepúlveda, adaptation et mise en scène Cécile Cotté, avec Pascal Ternisien et Laura Meilland (violoncelle), les 23 et 25 novembre.



vendredi 27 septembre 2019

7 ans de réflexion - Théâtre des Bouffes Parisiens



Site du théâtre ICI
mardi au samedi 20h30
samedi 16h30 et dimanche 15h
durée 1h30

7 ans de réflexion
Georges Axelrod

Adaptation Gérald Sibleyras et Mise en scène Stéphane Hillel

Avec Guillaume de Tonquédec, Alice Dufour, Jacques Fontanel, Agathe Dronne, François Bureloup et Clément Koch.

Les années 50 à Manhattan, un appartement rempli de livres, un piano blanc. Affalé sur son divan, Richard sirote un soda, un ventilateur fonctionne à ses pieds. c’est le mois de juillet, la canicule !

Richard est marié, père de famille, il travaille dans l’édition, pour l’heure, sa femme et son fils sont partis quelques jours en bord de mer. Le voici donc en “célibataire”, et il se pose des questions Richard, d’abord sur son couple, il ne cesse de répéter qu’il aime sa femme, mais le fatidique chiffre 7 est là, 7 ans l’âge de raison, 7 un chiffre sacré… 7 ans de mariage sans coup de canif dans le contrat. Voilà ce que pense notre Richard.

La voisine du dessus, vient juste d’emménager, et son tomatier tombe sur le balcon de Richard, qui se trouvait là une minute avant. Pas rancunier, il l’invite à prendre un verre, d’autant plus qu’elle est absolument ravissante !

Richard n’est pas insensible, hésitant, maladroit mais sa “conscience” Aristote se paie bien sa tête ! Sans compter les conseils du docteur Baker, impayable psychanalyste qui lui donne bien du fil à retordre !

Gérald Sibleyras a adapté la pièce, plus provocante et pimentée que le film culte de Billy Wilder. La mise en scène de Stéphane Hillel est inventive (vidéos pour les changements de scènes, ou bien les fantasmes de Richard), une bonne direction d’acteurs, Guillaume de Tonquédec, campe un Richard séducteur mais pas trop, frimeur, parfois peureux, Alice Dufour est superbe (Marilyn aurait approuvé !), elle est douce, drôle, les robes lui vont à ravir !

Jacques Fontanel inénarrable docteur Baker, dont on ne se lasse jamais, Agathe Dronne séduisante Hélène qui ne laisse pas insensible Clément Koch, le séducteur, et bien entendu “Aristote” François Bureloup, qui est le double moralisateur de Richard.

Une douce et amusante soirée que je vous invite à passer aux Bouffes Parisiens.

Anne Delaleu
27 septembre 2019
Théâtre des Bouffes Parisiens

jeudi 26 septembre 2019

Le plus beau dans tout ça - L Ruquier - Théâtre des Variétés


Site du théâtre ICI
jusqu'au 5 janvier 2020
durée 1h25
du mardi au samedi 20h30
samedi et dimanche 17h


Le plus beau dans tout ça
Laurent Ruquier

Mise en scène Steve Suissa

Régis Laspales, Pauline Lefevre, Françoise Lepine, Agustín Galiana

“On ne voit bien qu’avec le coeur”, bien belle maxime, mais pas si évident que ça !

Le séduisant Matt, revient des Etats-Unis où il a pu réaliser son rêve dix ans plus tôt, devenir mannequin. Il espère retrouver Claudine, qui n’avait pas voulu le suivre à l’époque, celle-ci a refait sa vie avec Octave, accordeur de piano, sympathique, attentionné, mais pas vraiment un physique à tomber… Matt très surpris du choix de son ex-compagne, va tout mettre en oeuvre pour parvenir à ses fins et reconquérir Claudine.

“Beau et con à la fois” mais non, ce serait trop simple et Matt moins cultivé que Octave, n’est pas un imbécile, différence de physique, certes, l’un est sportif, l’autre cérébral, mais ils acceptent tous les deux le choix de leur aimée ! Joëlle la meilleure amie de Claudine, va-t-elle l’aider à faire un choix ?

Nous ne sommes pas au bout de nos surprises, Octave est-il vraiment le gentil nounours cultivé, quant à Matt il est de l’époque des amitiés sur réseaux sociaux, que va découvrir Claudine ?

C’est une très bonne comédie, on rit beaucoup, la scène de “Tournez manège” est d’une drôlerie, les réponses aux questions les plus débiles, avec Laspalès chantant une chanson pas très intello, il faut le reconnaître, quant au bel Agustin, il enchantera la jolie blonde et les spectatrices ! Pauline Lefevre et Françoise Lepine tirent leur épingle du jeu avec maestria !

Un très bon divertissement bien accueilli par le public, une bonne mise en scène de Steve Suissa dans les superbes décors de Emmanuelle Favre.

Anne Delaleu
26 septembre 2019
théâtre des Variétés