samedi 11 août 2018

Exposition Jeanne Moreau - Maison Jean Vilar Avignon



Jeanne Moreau

Une vie de théâtre


Maison Jean Vilar : exposition jusqu'au 12 avril 2019 (fermeture du 25 juillet - 31 août) réouverture le 1er septembre. infos au 0490865964. maisonjeanvilar.org


Jeanne Moreau nous a quittés le 31 juillet 2017. 
La maison Jean Vilar, lui consacre une exposition sur son parcours théâtral et musical. Je me suis donc posée un moment (laissant mon planning surbooké) pour découvrir de belles photos et une scénographie digne d'elle. 



Enfance, photos de famille avec sa petite soeur, sa mère, anglaise, danseuse, et son père. Ce père furieux de son choix d'actrice, la giflera quand il apprendra qu'elle est pensionnaire de la Comédie Française en 1947 !



Elle jouera de beaux rôles au Français, Orson Welles venu voir Othello remarquera la jeune et talentueuse comédienne.


Elle démissionne de la Comédie Française en 1952 et rejoint Jean Vilar et son TNP.



Le Prince de Hombourg


Lorenzaccio


Elle quittera le TNP pour jouer au théâtre Antoine "L'heure éblouissante" d'Anna Bonnacci. Tiens voilà une pièce que j'aimerai bien voir sur scène...


"La chatte sur un toit brûlant" de Tennessee Williams (avec Paul Guers)

La Céléstine

Suivront d'autres rôles, d'autres lieux de théâtre, elle reviendra au festival en 2007 pour "Quartett" lecture avec Sami Frey.


Et sa carrière de chanteuse !


Au revoir Jeanne, j'ai passé un bon moment avec vous dans le tourbillon de la vie !



A voir aussi dans le même lieu jusqu'au 21 décembre, un hommage à Cabu et ses dessins de théâtre. "Cabu le théâtre à main levée. Croquis d'un spectacteur amoureux".

Commissariat Laure Adler
Scénographie Nathalie Crinière (Agence NC), Maud Martinot
Dispositif sonore Christian Sebille (gmem-CNCM-Marseille)
Production Association Jean Vilar / Maison Jean Vilar
Régie – Construction Francis Mercier, Marc Cassar, Nicolas Gros, Jérôme Mathieu, Sébastien Outtier
Avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France
Coproduction gmem-CNCM-Marseille
Avec l’aide du Fonds Jeanne Moreau, de la Sofec
En partenariat avec France Inter, Ina

jeudi 9 août 2018

Feu la mère de Madame/Mais n'te promène donc pas toute nue ! - Lucernaire

jusqu'au 19 août
du mercredi au samedi 20h - dimanche 17h
site du théâtre ICI

Feu la mère de Madame suivi de Mais n’te promène donc pas toute nue !
Georges Feydeau
Mise en scène Raymond Acquaviva
Assistant à la mise en scène Florent Mousset
Avec en alternance
Maxime Béhague (Joseph / Romain De Jaival), Aurélie Frère (Yvonne), Marion Jadot (Annette / Victorine), Jérémie Laure (Lucien / Ventroux), Mathias Marty (Lucien / Ventroux), Aurore Medjeber (Yvonne / Clarisse), Quentin Morant (Hochepaix), Florent Mousset (Hochepaix), Juliette Storaï (Annette / Victorine), Michaël Zito (Joseph / Romain de Jaival)


FEU LA MÈRE DE MADAME : 1908

4 heures du matin, on sonne à la porte, Yvonne au lit depuis longtemps se lève énervée pour ouvrir, Lucien entre enfin, il revient du bal des Quat'z'Arts costumé en Roi Soleil, apparemment il ne s’est pas ennuyé… il est caissier et pour un soir se prend pour le Roi mais Yvonne lui fait des reproches, Annette la pauvre bonne est tirée du lit pour faire une tisane à Monsieur, se fait houspiller, mais voilà que la sonnette de la porte d’entrée tinte à nouveau, c’est le valet de la mère de Madame. Il vient annoncer une triste nouvelle et n’a pas l’air futé…

MAIS N’TE PROMÈNE DONC PAS TOUTE NUE !  2018

Ventroux député de gauche, du même parti que son voisin le célébrissime Jean-Luc M. n’a qu’une ambition un portefeuille de ministre ! Clarisse sa charmante épouse, se balade à moitié nue dans l’appartement, c’est la canicule,  elle revient d’un mariage où elle s’est copieusement ennuyée et ne résiste pas à envoyer quelques piques à son époux, d’ailleurs en parlant de pique, une vilaine guêpe bien malicieuse va chambouler les codes de la bienséance de ce couple.

Le député Hochepaix vient demander un service à son ennemi juré Ventroux, ils ne sont pas du même bord, mais savent s’acoquiner quand il le faut et Clarisse, n’arrangera rien il faut bien le dire, surtout devant un journaliste qui prend des photos plus vite que son ombre !

Ces deux courtes pièces, dont l’une est adaptée à notre époque, rendent tout à fait l’esprit et la malice de Feydeau. Raymond Acquaviva a signé une mise en scène drôle, inventive, il est servi par de jeunes comédiens, dont la pétulante Aurore Medjeber, Mathias Marty joue le maris tolérant ou désabusé, Marion Jadot est la bonne dans les deux pièces, et la façon dont elle est « mal » traitée, démontre la bassesse de ses patrons. Florent Mousset, est un Hochepaix au bord de l’implosion, surtout avec une « piquante-piquée » devant lui, Michaël Zito est Joseph le valet gaffeur et aussi le fringant journaliste, une vraie nature comique lui aussi.


Feydeau toujours d’actualité, toujours spirituel. A voir pour rire de bon cœur et avec esprit.

Anne Delaleu
9 août 2018

mercredi 8 août 2018

Notre cher Anton - C. Salviat - Artistic Athévains


mardi, 20h ; mercredi, jeudi 19h ; vendredi 20h30 ; samedi 18h et 20h30 ; dimanche 16h ; relâche lundi.

Notre cher Anton


Une chaise, un petit piano sur lequel est posé le portrait d’Anton.

Catherine Salviat nous accueille comme des amis, nous conte l’histoire de ce grand dramaturge qui comme Arthur Conan Doyle a été médecin mais l’amour du théâtre et des belles lettres a pris le dessus !

Il y a de l’humour dans cette évocation, quelques piques dont une sur Sarah Bernhardt, Tchekhov ami de Stanislavski, ne pouvait pas être sensible au jeu suranné de Mme Sarah ! Ces voyages aussi lui donneront l’occasion de découvrir les usages et les défauts des français par exemple !

On connaît un peu mieux l’homme, à travers ses correspondances, son journal, ses amitiés. Qui ne rêverait pas d’une promenade avec le grand Chaliapine qui vous chante un air de Glinka !

Ce cher Anton, n’oublie pas pour autant ses devoirs envers les plus démunis, ceux au ban de la société, il est médecin et son séjour à l’île de Sakhaline sera à l’origine d’une commission d’enquête.

Les amours ? Olga bien sûr, son interprète favorite, sa muse, pour laquelle il écrira les plus belles pages de son théâtre. Elle le connaît si bien.


Catherine Salviat aime l’œuvre et le dramaturge, son récit est accompagné de musique, elle chante joliment et nous fait partager son amour pour la littérature russe et l’un de ses plus grands représentant, ami de Tolstoï, Bounine, Gorki.

Anne Delaleu
8 août 2018

samedi 4 août 2018

Comédiens ! - théâtre de la Huchette Paris


Théâtre de la Huchette site ICI
Jusqu’au 1er septembre.
du mardi au vendredi à 21h – samedi 16h et 21h,

Comédiens !

Librement inspirée de l’opéra «Paillasse» de Ruggero Leoncavallo
Concept et mise en scène : Samuel Sené
Livret et paroles des chansons : Eric Chantelauze
Musique : Raphaël Bancou

Avec Marion Préïté (Coco) ; Fabian Richard (Pierre) ; Cyril Romoli (Guy)

1948 rue de la Huchette. Un jeune couple s’affaire sur la petite scène du tout nouveau théâtre une aubaine pour eux. Ils viennent de Lyon, tournée après tournée, les voilà enfin à Paris. Pierre est anxieux, la scène n’est pas large, et il faudra composer avec les décors et en laisser d’autres. En plus, Guy est en retard ! C’est un copain de promo de Colette – dite Coco -. Il leur fallait un partenaire de rechange et elle a pensé à lui. Pierre n’est pas ravi, il lui trouve tous les défauts et un tic agaçant !

Enfin le voilà ! Guy est en retard, il a confondu le Caveau de la Huchette et le théâtre pas très connu encore. Ils répètent, Pierre trouve toujours quelque chose à dire de désagréable à Guy, celui-ci est bonne pâte, et reprend sans rechigner, en plus il ne sait pas bien son texte…


Coco avouera à Guy, qu’elle va auditionner pour le rôle de Desdémone, elle aime Pierre, mais continuer de jouer ce vaudeville nunuche lui pèse… et elle ne l’a toujours pas dit à son mari.

Pierre est jaloux, il deviendra odieux avec Coco, à la limite de la folie. Guy essaiera tant bien que mal d’arranger – hélas – les choses, il est gaffeur. « Come finirà la commedia ?» 

Pour ceux qui connaissent « Pagliacci » il y a en effet un air de ressemblance, tout est adapté, très bien ma foi, des chansons entraînantes, des portés de danse amusants, vu la largeur de la scène. Marion Préïté a un beau timbre de voix, Fabian Richard est tourmenté à souhait, Cyril Romoli fait une superbe démonstration, danse, attitude, imitations d’accent, pianiste chevronné. Ils jouent tous les trois avec beaucoup de sincérité et de dynamisme.


Un beau spectacle à voir et pour découvrir trois talents ! 

Anne Delaleu
4 août 2018

jeudi 26 juillet 2018

La vie est belle - Essaîon Avignon


du 6 au 29 juillet
14h20 durée 1h20

réservations :  +33 (0)4 90 25 63 48

La vie est belle

Philip Grecian


d'après le film de Frank Capra

Mise en scène : S. Daurat

B. Alazraki, S. Daurat, C. Hauseux, S. Honoré, T. Jahn, H. Jouval, G. Ravaux


Conciliabule au Ciel, les anges aperçoivent un homme prêt à se jeter à l'eau ! Vite ils délèguent un "bleu" un ange qui n'a pas encore gagné ses ailes ! Clarence descend donc sur terre et apprend à connaître son "protégé" Georges. Il se rend compte que c'est un homme bon, il a épousé la jolie Mary, ils ont des enfants. Il aide tout le monde, sa famille, ses amis. Il les protège contre l'odieux Potter.

Déjà tout gosse, il a sauvé le pharmacien, qui s'était trompé dans la composition d'un médicament ! Puis, il a créé une fondation afin de permettre aux habitants de sa petite ville, d'obtenir des logements à des tarifs modérés.

Il aide les gens mais se heurte à l'ignoble Potter, l'homme le plus riche de la ville. Et voilà que par étourderie, son oncle a perdu les 8000 dollars qu'il devait remettre en banque. Au bord de la déroute, Georges devient odieux avec sa famille, et décide de se tuer. Clarence intervient !

Pour la suite de l'histoire, je vous invite à découvrir l'adaptation théâtrale du chef-d'oeuvre de Capra. Oui c'est plein de bons sentiments, de gaieté, de remise en question, d'entraide.

Musique, danse, c'est entraînant, sympathique et fort bien interprété !

Anne Delaleu
26 juillet 2018


LoDka - Théâtre du Chêne Noir Avignon

10 h durée 1h25

réservations +33 (0)4 90 86 74 87
Théâtre du Chêne Noir

LoDka



Mise en scène Sergey Byzgu
Interprète(s) : Olga Eliseeva, Alexander Gusarov, Marina Makhaeva, Yulia Sergeeva, Natalia Parashkina 

LoDka veut dire petit bâteau en russe.

D'ailleurs que voit-on au début du spectacle, un petit bâteau, deux indiennes à bord, qui tentent frénétiquement de ramer et de tuer le crocodile qui s'apprête à les dévorer... Mais, car il y a toujours un mais avec les artistes russes... Le metteur en scène et la scénariste interviennent pour les invectiver, enfin, c'est toujours pareil, il y a toujours des chouchoutes à qui on pardonne tout et le décor qui s'écroule !

Nous voilà donc embarqués dans l'histoire et les anecdotes de théâtre, car il y en a de drôles, de déjantées. Le metteur en scène vocifère tout le temps, bagarre entre les deux femmes, qui ont d'ailleurs la même mauvaise idée pour embêter l'autre. Il y a aussi le temps du charme, de la drague, mais ça ne finit jamais comme on voudrait.

Il y a le régisseur bien doux, bien sympathique au moins il est calme celui-là !

Un grand travail de clown, pas un mot, tout est dans la gestuelle. Les accessoires aussi ont leur importance, changement de décor et surtout de costume à un rythme vertigineux.

Quel plaisir de retrouver les artistes de la cultissime famille Semianiky !

Anne Delaleu
25 juillet 2018

mercredi 25 juillet 2018

Mon grand-père (partait tous les ans en Italie) - Artéphile Avignon


16h20 durée 1h05
réservations Artephile :  +33 (0)4 90 03 01 90
Mon grand-père (partait tous les ans en Italie)
Valérie Mrejen

Mise en scène Dag Jeanneret
Avec Stéphanie Marc

Les secrets de famille, rien de pire, mais personne n'y échappe.

La jeune femme s'active, elle prépare des toasts, tout en nous racontant le grand-père infidèle, très porté sur la chose, les épouses qui défilent, les suicides...  L'éducation stricte malgré tout !

Elle aménage la salle à manger, petit à petit, en découvrant tel ou tel objet, déballant de jolis verres, de belles assiettes, elle continue à dévider l'histoire de sa famille, sa drôle de famille.

Elle retrouve des airs que chantonnait son grand-père, ou sa mère, enfin des blagues aussi. On retrouve toujours des souvenirs gais ou graves, quand on emménage ou quand on dresse une table pour recevoir les invités. Oui les objets ont une âme.

Stéphanie Marc dit ce monologue avec beaucoup de grâce, d'intensité, d'émotion à fleur de peau.

Une belle performance.


Anne Delaleu
25 juillet 2018

La méningite des poireaux - théâtre Artephile - Avignon

14h30 durée 1h20
réservations   +33 (0)4 90 03 01 90

La méningite des poireaux
Frédéric Naud

Mise en scène Marie-Charlotte Biais
Interprète(s) : Jeanne Videau, Frédéric Naud


Ma foi, le titre de la pièce m'a amusée mais je ne connaissais pas du tout l'histoire de François Tosquelles et j'ai appris bien des choses intéressantes !

Cet exilé catalan, médecin psychiatre, après bien des péripéties, parviendra en Lozère, dans un asile où il soignera les malades par des méthodes douces, des ateliers de théâtre. Il devra obtenir l'agrément de la mère supérieure, qui finira par être convaincue. Les pensionnaires se rencontreront, se parleront, ils auront des outils pour travailler dans les fermes. Les hommes sont au combat. Finies les camisoles chimiques enfin presque...

La mise en scène est créative, ludique, certes un peu déroutante mais au final très intéressante et les deux interprètes y sont pour beaucoup.

Le sujet des aliénés abandonnés pendant la guerre avait été relaté dans le film de Philippe de Broca "le roi de coeur", sur un plan plus fantaisiste !


Anne Delaleu
25 juillet 2018

Made in America - Théâtre du Train Bleu Avignon

11h45  durée 1h15
réservations Train Bleu  +33 (0)4 90 82 39 06

Made in America
Neil LaBute

Mise en scène Léa Marie-Saint Germain, Adrienne Ollé
Interprète(s) : Kévin Chamotte, Aurélien Gouas, Léa Marie-Saint Germain, Pierre Yvon

Donald nous interpelle, la main sur le coeur, il parle de l'armement, oui vous savez, de chaque arme que toute personne intelligente doit avoir sous la main, d'ailleurs il se permet de parler de la France, des attentats terroristes, il n'y aurait pas eu autant de morts si les français avaient eu une arme pour se défendre !

Un homme, une femme dans une file d'attente, l'homme se permet une blague graveleuse, la jeune femme s'en amuse, pas choquée du tout. Et les voilà discutant sur la liberté d'expression, ah c'est quand même mieux depuis deux ans ! et le mur ? mais c'est très bien ! et vous avez eu affaire à une personne de couleur depuis ? non !

Trois hommes, rient et discutent en prenant un verre, costume cravate, business-men. Ils parlent posément de la situation politique, et pour faire preuve de plus de civisme en viennent à élaborer l'élimination des noirs, des asiatiques... il y en a bien un qui n'est pas d'accord, mais il est vite manipulé et remis dans le "droit chemin".

L'eau, ressource naturelle. Une femme à son bureau, une carafe d'eau sur la table. Elle convoque un homme, il est dans un piteux état, assoiffé, elle le culpabilise, lui accorde quelques gouttes d'eau... il a perdu sa dignité d'homme et de père.

Un couple gay, ils viennent de se marier, mais tout ne se passe pas comme ils l'espéraient... New York n'est pas si tolérante.

Billie Holiday chante "strange fruits" en conclusion.

Quatre courtes pièces de Neil LaBute, avec ses mots durs, crus, il peint une Amérique qui ne nous fait pas rêver. Bien sûr, l'humour et la dérision sont toujours ses armes à lui, et il les manie avec maestria.

Les comédiens ont une partition difficile à jouer et s'en sortent avec bonheur et dynamisme.

Anne Delaleu
25 juillet 2018

mardi 24 juillet 2018

Louise - théâtre L'arrache-coeur Avignon

17h05 durée 1h10

réservations 33 (0)4 86 81 76 97

Louise
Grégory Barco

Mise en scène Grégory Barco

avec Nicole Calfan, Bertrand Degrémont


Louise nous accueille, elle raconte avec humour l'histoire de sa vie de prostituée. Les hommes ont compté dans sa vie, son fils, son jeune amant, son père.

Elle raconte son enfance, ses parents, son père gendarme obligé de faire son devoir, même si c'est ignoble, quand à la mère, elle batifole beaucoup, sa fille tiendra d'elle !

Louise et son premier client, un régulier, mais marié et ça tourne au vinaigre ! Elle se lient d'amitié avec cinq filles qui font le même métier. Elle forment presque une "coopérative", s'entraident, s'occupent de Clément le fils de Louise, elle a préféré le garder.

Mais le temps passe, sans concession, et Louise cherchera toujours le véritable amour.

Quel bonheur de retrouver Nicole Calfan, elle donne de l'intensité et une bonne dose d'humour à ce personnage. Bertrand Degrémont est un partenaire à la hauteur et fort séduisant c'est vrai !



Anne Delaleu
24 juillet 2018

Montmartre, Satie la belle époque - Théâtre Ambigu Avignon



14h durée 1 heure

réservations théâtre de l'Ambigu (0)6 21 73 47 35

Montmartre, la Belle Epoque Satie
pour 4 mains et 2 bouches
de Ludmilla Guilmault


Avec Ludmilla Guilmault, Jean-Noël Dubois



Un moment bien agréable en compagnie d'un monsieur qui composait des morceaux "en forme de poire", qui fréquentait la bohème de Montmartre, avait pour amis les peintres cubistes, les dadaïstes, les surréalistes.

Enfin, il était assez insupportable parce qu'il ne se prenait pas au sérieux, alors vous pensez les autres ! Son éternel costume en velours, son melon sur la tête, et son parapluie, Suzanne Valadon sa maîtresse l'avait immortalisé. Elle ne voulut jamais l'épouser et préféra rompre. Il en fut mortifié et composa "Vexations". Il a préféré se noyer dans la "fée verte" hélas.

Jean-Noël Dubois et Ludmilla Guilmault sa "belle excentrique", nous font revivre l'époque du Chat Noir, du Cancan, et font participer le public, chorale, reprise des chansons, et même french cancan !

Il faut y aller pour découvrir ou redécouvrir Satie et ses merveilleuses compositions, si agréables à écouter, ne vous attendez pas à un concert classique rigide, les partitions volent ainsi que les bons mots !

Anne Delaleu
24 juillet 2018