vendredi 17 septembre 2021

Juste une embellie - D. Hare - Théâtre du Lucernaire

 

Site du théâtre ICI
mardi au samedi 19h - dimanche 16h
jusqu'au 17 octobre 2021


Juste une embellie

De David Hare - Texte Français Mickaël Stampe


Mise en scène Christophe Lidon assisté de Alison Demay


Avec Corinne Touzet (Frances) et Raphaëline Goupilleau (Madeleine)


Le temps est bien lourd, on entend la pluie tomber, Madeleine fait un brin de rangement, sans grande conviction, on la sent anxieuse.


On frappe à la porte, c’est une femme, belle, elle aussi est sur ses gardes, Madeleine l’invite à rentrer, un peu froide, elle propose à sa visiteuse de se débarrasser de son imperméable, Frances décline, peut être veut-elle s’imprégner de l’ambiance, jauger Madeleine.


Elles sont sur la défensive et pourtant leur point commun, John mari de Frances et amant de Madeleine, celui-ci grand séducteur a laissé sa femme et sa maitresse pour une jeune américaine, la “chose américaine” comme le dit Madeleine.


Elles vont parler pendant des heures, de John, de leurs vies, des enfants de Frances, du féminisme, de leur éducation. Madeleine a toujours préservé son indépendance, c’est ce qui a plu à John, une femme libre, il était heureux avec Frances et les enfants, mais trop de confort apparemment.


Frances est romancière, Madeleine n’aime pas lire et encore moins les romans, qu’elle trouve décalés par rapport à la vraie vie. Elle craint que Frances écrive leur histoire. Elle est engagée, participe à tous les combats pour les droits de l’homme, rien à voir avec Frances, celle-ci se rend bien compte de l'abîme entre elles deux. Mais pourtant, à force de croiser leurs souvenirs, ce qu’elles ont vécu avec ou sans John, elles s’apprivoisent, et ça fait un bien fou de “débiner” la jeune qui vit maintenant avec l’homme qu’elles ont aimé.


Frances et Madeleine pourraient devenir amies, mais ce n’est pas si simple.


Corinne Touzet toute en retenue, Raphaëline Goupilleau drôle et sarcastique. Un duo attachant, qui ne manque ni de charme, ni d’humour. Christophe Lidon et Alison Demay signent une mise en scène solide, humaine.


Dans le beau décor de Sophie Jacob, baigné par la lumière de Denis Schlepp, et une ambiance musicale “flower power” de Cyril Giroux, Chouchane Tcherpachian ayant trouvé le style vestimentaire de ces dames !


Anne Delaleu

17 septembre 2021

Théâtre du Lucernaire

jeudi 2 septembre 2021

Une vie allemande - C. Hampton - Poche Montparnasse

 

Site du théâtre ICI

durée : 1h25
mardi au samedi 19h - dimanche 15h
salle Petit Poche
jusqu'au 17 octobre 2021


Une vie allemande
Christopher Hampton

tiré de la vie et des témoignages de Brunhilde Pomsel
Adaptation française de Dominique Hollier
Mise en scène de Thierry Harcourt
Avec Judith Magre

Assistante à la mise en scène, Stéphanie Froeliger
Musique et univers sonore, Tazio Caputo
Lumières, François Loiseau

Un documentaire a donné l’idée à Christopher Hampton, d’écrire une pièce sur la secrétaire de Goebbels, elle a 102 ans, c’est une femme qui a connu la légéreté, mais aussi la prison à la libération, et qui ne semblait pas être au courant de la solution finale, non elle a navigué dans cette période, avec insouciance, elle aimait les jolies robes, les beaux hommes, elle trouvait Goebbels séduisant et sa femme charmante.

Enfance sans problèmes, mais elle doit travailler pour aider sa famille, devient sténo-dactylo pour des clients juifs, que connaissait son père. En 1933 elle adhère au parti nazi, comme bon nombre de ses concitoyens. Elle est engagée par une radio, elle aime son travail, mais voilà qu’on lui demande d’intégrer le secrétariat du Ministère de la propagande nazie. Comme elle le dit simplement, “le matin je travaillais pour les juifs, l’après-midi pour les nazis !”

Vraiment, on ne sait pas trop quoi penser sur cette femme, elle jongle avec les anecdotes sérieuses et les futilités, oui elle n’avait qu’une robe cocktail sur elle pendant le bombardement, essayant de sauver un panier de bas de soie ! c’est Mme Goebbels qui lui donnera un de ses tailleurs. Son amie juive ne veut plus la voir depuis qu’elle est secrétaire de Goebbels, Brunhilde recherchera son amie après la guerre, et trouvera son nom sur la liste des déportées. A la libération, elle ne comprendra pas pourquoi les Russes l’internent pendant cinq ans et dans les camps occupés des années avant par les déportés…

A sa sortie de prison elle retrouvera du travail.

Judith Magre met tout son art, son charme et son sourire pour interpréter cette vieille dame, on sourit, on est ému, vraiment une histoire passionnante à découvrir.

Anne Delaleu
Théâtre de Poche Montparnasse
2 septembre 2021

mardi 31 août 2021

La promesse de l'aube - R. Gary - Théâtre du Lucernaire


Site du théâtre ICI
Jusqu'au 7 novembre 2021
mardi au samedi 18h30 - dimanche 17h
durée 1h10

La promesse de l'aube
Romain Gary

adapté et interprété par Franck Desmedt
mise en scène Stéphane Laporte et Dominique Scheer


J’ai déjà vu deux adaptations théâtrales de ce roman, sans compter le cinéma. Il est vrai qu’il est si riche d’enseignements, d’amour, d’humour, de tendresse.


En ce moment, c’est le fabuleux Franck Desmedt qui endosse les rôles de Mina, de Romain, du roi de Suède et d’autres !



L’enfance, la jeunesse, les années de guerre, racontées par Gary dans son roman, et surtout Mina sa mère, seule pour l’élever, elle est étouffante, l’inonde de conseils, comme il dit, “elle n’avait pas d’amant” hélas, il était son seul homme.





Mina adore la France, sa culture, Victor Hugo et surtout le général de Gaulle ! Avec ça il faut que le jeune Gary porte sur ses épaules toutes les illusions de sa mère. Elle le voit chanteur lyrique, danseur, et voilà qu’elle songe à lui faire donner des leçons de tennis, oui il sera un grand champion ! Le pauvre garçon ne sait pas où se mettre, lorsque sa mère implore le roi de Suède en personne (lui aussi aimait la France !) mais qui jouait fort bien au tennis lui au moins...


Et puis quand la guerre éclate, c’est simple, Mina décide que son fils doit partir assassiner Hitler ! Ah oui, Mina était un personnage attachant, étouffant son fils de son amour. Elle voit grand, il sera en effet ambassadeur de France et surtout un grand écrivain. La fin du roman on la devine et c’est toujours un moment poignant.



Franck Desmedt, met tout son art, sa drôlerie, pour incarner les personnages de ce merveilleux roman.


Anne Delaleu

Le Lucernaire

31 août 2021


samedi 28 août 2021

Montagne, les essais - H. Briaux - Théâtre de Poche Montparnasse

 


Site du théâtre ICI
durée 1h10
mardi au samedi 19h
jusqu'au 30 octobre 2020

Montaigne, les essais


adaptation pour le théâtre, Mise en scène et interprétation Hervé Briaux


Accompagnement scénique, Scénographie et costume Chantal De La Coste

Création sonore, Nicolas Daussy

Lumières, Morgane Rousseau




La scénographie nous plonge dans un univers étoilé, le narrateur s’éveille, prend le temps de s’ébrouer, et nous prend à partie.


Il nous parle de société, pourquoi ne pas accepter l’autre, ses différences de culture, de religion ? Il a aussi l’esprit de contradiction, ménager les susceptibilités des uns et des autres, être d’accord avec l’un ou l’autre.


“Malheureux celui qui n’a pas un coin pour se cacher !” quelle belle vérité, lui passait son temps dans sa bibliothèque, heureux d’être entouré de livres, qui prêchait l’oisiveté - pas trop - mais si utile pour se ressourcer, se retrouver.


S’échappant de l’enfer de Machiavel, nous retrouvons avec plaisir Hervé Briaux, il a adapté une partie des essais, pas facile de choisir dans ce monument de la littérature. Il a de la présence, de l’humour, j’aurai préféré par contre un peu plus de “lumière”, la pénombre au bout du compte m’a dérangé un peu.


Montaigne est à lire et relire, c’est un parfait humaniste, ses réflexions sur l’éducation, le temps de vivre, le temps pour s’ennuyer (et oui !) sont des messages toujours d’actualité.



Anne Delaleu

Théâtre de Poche Montparnasse

28 août 2021




mercredi 4 août 2021

Chirac - D.Gosset et G.Bénech - théâtre de la Contrescarpe

site du théâtre et réservations ici

 Chirac

de Dominique Gosset et Géraud Bénech


Metteur en scène : Géraud Bénech assisté par Emmanuelle Benhaim

Avec Marc Chouppart et Fabienne Galloux

Photographies du décor : Romain Veillon

Lumières : François Ancellet

durée 1h10



Quoi de plus agréable que de lire dans un jardin, il fait beau, les oiseaux gazouillent, et cette sérénité, ma foi, amène une envie de faire une sieste, voilà ce qui arrive à notre héroïne.

Elle rêve ou non ? en tout cas elle est bien surprise, cette charmante blonde, d’être réveillée par …. le président Chirac en personne ! oui, il est mort en 2019, mais il s’ennuie un peu, et l’occasion de bavarder avec une jeune femme lisant sa biographie, c’est trop tentant !


Valérie ne manque pas de lui parler de son parcours politique, de sa vie privée avec Bouriquette (c’est pas moi c’est Chirac qui appelle Bernadette comme ça !), il lui parle avec émotion de la douleur de perdre sa fille. Il revient sur son enfance, ses parents aussi ont perdu une fille, avant Jacques.


Bien sûr il est un peu penaud d’avoir sorti des phrases pas très “politiquement correctes”, de ne pas connaître les noms des joueurs de foot (tiens moi non plus…), lui qui est passionné par le Japon, le Sumo. Enfin la belle ne lâche rien, lui non plus, mais le dialogue est toujours dans la bonne humeur et la complicité et il en profite pour égratigner les hommes politiques vivants ou non !


Marc Chouppart incarne un Chirac plus vrai que nature, la voix, l’intonation, la gestuelle, bravo tout y est ! Fabienne Galloux est une partenaire sympathique, drôle, sûre d’elle.


Ne cherchez pas, il n’y a rien de polémique, c’est une amusante fable qui nous est contée.



mercredi 28 juillet 2021

Avignon 2021 - dernière ligne droite !!!

 Dernière ligne droite, soutenons les artistes, voici quelques pièces vues, pour les unes récemment, les autres il y a quelques années, les distributions ont sans doute changé depuis !


A ces idiots qui osent rêver

La Luna 21h30

Adieu M. Haffmann

Roi René 10h

Aime comme Marquise

Espace Roseau Teinturiers 10h

Amour amère

Espace Roseau Teinturiers 21h10

Barber shop quartett

Essaion Avignon 12h10

Chaplin, 1939

Espace Roseau Teinturiers 14h25

Dans la peau de Cyrano

Théâtre des Corps Saints 16h30

Dans les forêts de Sibérie

Théâtre des Gémeaux 17h30

En ce temps là l’amour

La Luna 18h45

Fausse note

Espace Roseau Teinturiers 19h30

Flagrant déni

Théâtre des Corps Saints 10h30

François d’Assise

3 soleils 11h15

L’affaire Dussaertl

3 soleils 11h

L’un de nous deux

Chien qui fume 14h20

La cagnotte

La Luna 12h55

La grande musique

théâtre Buffon 19h20

Le chien

Espace Roseau Teinturiers 12h40

Le dindon

Théâtre les lucioles 17h35

Le portrait de Dorian Gray

théâtre les Lucioles 19h45

Le rêve d’un homme ridicule

L’étincelle 15h45

Le souffleur

Au coin de la lune 17h15

Léonard de Vinci

Théâtre Barretta 14h

Les fourberies de Scapin

Conditions des soies 15h25

Les prisonniers du château d’If

Théâtre des Barriques 18h20

Liberté !

Essaion Avignon 18h10

Madame Pylinska et le secret de Chopin

Chêne Noir 17h05

Madame Van Gogh

Théâtre Transversal 21h20

Marie-Antoinette

Théâtre Girasole 13h40

Maya une voix

Essaion Avignon 10h

Montmartre Satie, la belle époque

Sham’s 11h30

Nos années parallèles

Théâtre Episcène 15h30

Opérapiécé

Théâtre Episcène 17h30

Sang négrier

Théâtre des Barriques 13h15

Sur les pas de Léonard de Vinci

Espace Roseau Teinturiers 15h55

Tous mes rêves partent de la Gare d’Austerlitz

La petite caserne 19h30

Un coeur simple

La Luna 11h35

Un contrat

L’adresse 19h15

Venise n’est pas en Italie

théâtre des Bèliers 11h