mercredi 28 février 2018

Miracle en Alabama - W. Gibson - théâtre La Bruyère


Mardi au samedi 21 et matinée samedi 14h30
Représentations surtitrées les 17 mars (14h30) 22 mars (21h) et 31 mars (14h30)
Site du théâtre ICI
photos LOT

Miracle en Alabama

William Gibson


Adaptation et mise en scène Pierre Val

Avec Valérie Alane, Julien Crampon, Stéphanie Hédin, Marie-Christine Robert, Pierre Val et, en alternance, Lilas Mekki et Clara Brice


En juin 2018, il y aura 50 ans disparaissait Helen Keller.

Mais retournons un peu plus avant dans le passé, Alabama 1888, un jour comme les autres, le déjeuner est prêt, la famille se compose du Capitaine Keller, de sa seconde épouse Kate, de Jimmy 20 ans, né d’un premier lit, et de tante Eve. Les Keller s’installent à table, Helen, petite souillon échevelée, picore dans les assiettes des uns et des autres, cela ne gêne personne. Cette famille est confrontée depuis 6 ans au handicap de leur fillette. Elle avait 2 ans et une congestion cérébrale l’a rendue aveugle et sourde.



Ils sont démunis face à ce drame, ils aiment cette enfant, la gave de sucreries pour calmer ses colères, lui laisse tout faire. Mais il est temps de prendre une décision. Asile ? Non, Kate a encore des frissons en parlant de sa dernière visite. La solution vient de Boston, et s’appelle Annie Sullivan. Jeune, fraîchement diplômée, elle a été aveugle et ses yeux sont toujours sensibles à la lumière.

Elle comprend très vite la situation, et devra se battre contre les préjugés et pour imposer une éducation certes musclée, elle est comme le dit le capitaine « Nordiste » ! Un monde les sépare, et la guerre de Sécession est encore présente dans les esprits. Mais elle est opiniâtre et veut sortir Helen de son sommeil, la rendre plus forte.



La mise en scène de Pierre Val (qui incarne le capitaine), est intelligente et sobre, Valérie Alane est Kate mère meurtrie, confrontée entre son amour pour le Capitaine et son amitié envers Annie. Julien Crampon, Jimmy est sensible, drôle, Marie-Christine Robert est tante Eve, qui apporte un peu de douceur et d’humour dans l’histoire.

Stéphanie Hédin, est crédible dans son rôle, âpre, dure à la tâche, elle fait montre d’empathie, et d’un caractère bien trempé, il lui en faut pour tenir tête à Clara Brice, violente, apeurée et si lumineuse. Une jeune comédienne qui fait « parler » ses émotions.




Un bien beau « miracle » à découvrir en ce moment au La Bruyère.

Anne Delaleu
28 février 2018
Helen Keller 1880 - 1968 avec son institutrice Annie Sullivan (1866 - 1936)




Aucun commentaire:

Publier un commentaire