mardi 20 février 2018

Zig Zag - Lemaire - Petit Montparnasse

mardi au samedi 19h - dimanche 17h15
durée 1h30
site du théâtre ICI

Zig Zag
Xavier Lemaire


Texte et mise en scène Xavier Lemaire
Avec : Xavier Lemaire (Alain Sachs à partir du 28 février au 7 mars), Isabelle Andreani, Frank Jouglas

Savez-vous ce qu’est une “servante” ? oui c’est un personnage, une fonction, mais sur scène, c’est une lampe sur pied posée au milieu du plateau et qui veille sur le théâtre et ses fantômes… Pas la peine de demander aux deux olibrius sur scène, clowns maladroits, qui tentent de monter le décor… le pauvre metteur en scène Xavier Lemaire aura bien du mal à se faire entendre et comprendre par ces deux-là !

“Le médecin malgré lui” est une farce de Molière, Xavier Lemaire nous propose de nous en présenter le 1er acte en trois versions, et de nous faire savourer des textes de comédiens, de metteurs en scène sur le théâtre qu’il aime tant et qu’il sert si bien.


Première version classique, de plus ou moins bon goût, mais le texte de Molière sans être cru et assez équivoque ! les costumes sont dans la tradition, “jaune et vert” pour Sganarelle comme le voulait Molière.

Deuxième version cérébro/culturo/rasoir, les deux comédiens de noir vêtus, “crachent” le texte, se roulent par terre, borgborismes à l’appui !

Troisième version moderne/réaliste, Sganarelle et Martine sont SDF, on ne comprend guère ce qu’ils disent mais ils sont à fond dans le jeu.

Il y a aussi l’audition surprise de deux apprentis comédiens qui nous réservent bien des surprises ! l’un a un égo surdimensionné quant à la fille, elle sort de sa superette et serait bien mieux dans une télé-réalité.

Xavier Lemaire nous initie à l’art de la mise en scène et de l’envers du décor avec beaucoup d’humour, Isabelle Andréani prouve une foi de plus l’étendue de son talent, elle est complétement déjantée ! Frank Jouglas lui aussi a de l’énergie à revendre, un comédien à suivre.
On rit beaucoup avec ses farceurs, un très bon moment de théâtre.


Anne Delaleu
20 février 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire