jeudi 23 novembre 2017

L'avare - Molière - théâtre 14


Représentations les Lundi, Mercredi et Jeudi à 19h
Les Mardi, Vendredi à 20h30 - matinée samedi 16 h
Relâches exceptionnelles Lundi 4, Vendredi 8 et lundi 25 décembre
Représentation exceptionnelle Dimanche 31 décembre à 20h30
durée : 1h55 sans entracte
site du théâtre ICI
crédit photos LOT

L’avare
Molière
Mise en scène : Frédérique Lazarini - Dramaturgie : Henri Lazarini

Emmanuel Dechartre ; Michel Baladi ; Guillaume Bienvenu ; Cédric Colas ; 
Jean-Jacques Cordival ; Charlotte Durand-Raucher ; Denis Laustriat ; Frédérique Lazarini ; Didier Lesour ; Katia Miran


Un jardin pas très accueillant, et pourtant nous sommes au cœur de l’été, l’orage gronde. Une ruche sur le côté, sécheresse des plantes et des fleurs, une guirlande d’ampoules qui hésitent à éclairer, deux jeunes amoureux surgissent, Valère et Elise la fille de la maison. Nous sommes en ... quelle époque ? ma foi, Molière s’arrange de tout, c’est donc une transposition moderne.

Dans le jardin, une trappe s’ouvre, et un diablotin en sort, heureux, les yeux pétillants, c’est notre Harpagon !

Tout autour de lui, le personnel s’agite, ses grands enfants ont peur de lui, mais l’union fait la force et Elise parlera la première enfin, elle tente, car leur père, leur dévoile son intention de se marier avec ... la jolie Marianne, promise de Cléante, mais ça il ne le sait pas encore !



Et puis il y a l’intrigante Frosine, qui pour gagner les faveurs de l’avare serait prête à ... tout ! Heureusement, le valet de Cléante, La Flèche sera là pour aider tout ce petit monde.


Qui ne connait cette comédie, mais c’est toujours un plaisir, de retrouver les personnages, si bien interprétés par Emmanuel Dechartre, qui incarne avec drôlerie et malice Harpagon, Guillaume Bienvenu est un Valère convaincant, le quiproquo de la cassette est irrésistible, quant à Cédric Colas il a su donner un nouveau regard sur le personnage du fils. Les demoiselles Charlotte Durand-Raucher et Katia Miran font preuve de personnalité. Comment oublier Michel Baladi qui rend sympathique malgré tout Me Jacques, et son compère Didier Lesour un La Flèche fourbe et malin à souhait.



La mise en scène regorge de gags, Dame Claude (Jean-Jacques Cordival irrésistible) qui s’émerveille d’un rien, très complice avec Elise, Frédérique Lazarini redoutable Frosine, et l’arrivée bluffante de Denis Laustriat.


D’ailleurs, vous serez surpris en arrivant au guichet, Dame Claude vous donnera vos billets, à moins que ce ne soit Me Simon ou alors le Commissaire...

Anne Delaleu
23 novembre 2017 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire