vendredi 26 mai 2017

Monsieur Nounou - G. Feydeau - théâtre Rive-Gauche




site du Théâtre Rive Gauche ICI
durée 1h20
mardi au samedi 21h - samedi 17h - dimanche 15h30
jusqu'au 30 juillet
Monsieur Nounou
Georges Feydeau et Maurice Desvallières
Mise en scène Luq Hamett
Avec Tex, Belen Lorenzo, Eric Massot, Jacques Bouanich et Lionel Laget


Le député Veauluisant vient d’emménager à Courbevoie, il attend l’arrivée de sa femme et de leur bébé restés à Paris. Mais voilà, rien ne se passe comme prévu. Justine, la femme de chambre et nourrice à ses heures, a des libertés de mœurs que Madame ne supporte pas !

Veauluisant est donc contraint d’engager une nouvelle nounou, bourguignonne selon la lubie de Madame, c’est bien connu les bourguignonnes ont un meilleur lait ! on attend donc la demoiselle Blanquette Mitouflet pour remplacer Justine.

Balivet est clerc de notaire et amoureux de la belle nourrice, par hasard en allant effectuer une saisie dans le quartier, il entend sa chère Justine ! Mais c’est sans compter sans ce jaloux corse de Médard, qui a la gâchette facile et un cœur d’artichaut, lui aussi convoitait la jeune femme. Balivet n’a qu’une ressource, après une cavalcade dans l’appartement, il se faufile dans la chambre de Justine et se déguise en femme de chambre. Veauluisant et Médard n’y voient que du feu !


Une mise en scène dynamique, les comédiens sont heureux d’être sur scène et de jouer cette joyeuse pochade, avec les thèmes chers à Feydeau, la politique et ses députés véreux, les courses poursuites, le libertinage. Il y a souvent dans ses pièces, le neveu pas très futé, comme le charmant Catulle, obsédé sexuel à ses heures, mais connaissant parfaitement les nouvelles technologies comme l’électricité et le téléphone.

La charmante Belen Lorenzo a de l’abattage à revendre, Jacques Bouanich est « en marche » vers le succès, Eric Massot parfait tente de garder son sérieux devant un Tex excellent et meneur de cette joyeuse troupe, sans oublier Lionel Laget complètement déjanté !


Une version amusante, remise au goût du jour par ses allusions sur la politique d’aujourd’hui et surtout une pièce de Feydeau rarement jouée.

Anne Delaleu
24 mai 2017

Aucun commentaire:

Publier un commentaire