mercredi 10 mai 2017

Les peintres au charbon - L. Hall - théâtre 13 Seine




Site du Théâtre 13/Seine ICI
jusqu'au 28 mai
mardi au samedi 20h - dimanche 16h

Les peintres au charbon
Lee Hall
Traduction Fabrice Melquiot
Mise en scène Marc Delva

Avec Hugo Bardin, James Borniche, Thomas Brazete, Solal Forte, Elodie Galmiche, Florent Hu, Marie Petiot ou Elise Fourneau, Paul Emile Petre, Emmanuel Rehbinder.

L’histoire vraie d’un groupe de mineurs en 1934 en Grande-Bretagne, qui vont développer leur culture par eux-mêmes et jeter un nouveau regard sur la société.

Tout d’abord c’est la descente à « la mine », casques sur la tête, des mineurs nous accueillent, on entend le bruit des wagons, le sifflement infernal et jets de fumée, c’est le quotidien de ces hommes.

Puis on se retrouve dans « la cabane », quelques ouvriers sont attendus pour le premier cours d’histoire de l’art. Ils attendent leur professeur, en fait, ils auraient voulu un cours d’économie...

Ces mineurs veulent bien profiter de ce cours, mais ils en attendent trop, et le jeune professeur Robert Lyon, va laisser de côté l’histoire de l’art et leur demander de peindre ce qu’ils ressentent, ce qu’ils vivent jour après jour. Réticents au départ, ils vont petit à petit se dépasser, accepter tant bien que mal les critiques des camarades, ils se serviront de l’art pour exister autrement, l’art pour tous. Que représente la peinture pour eux dans leur quotidien ?

Helen Sutherland, collectionneuse d’art et richissime est une amie de Lyon. Elle consent à se déplacer pour voir le travail artistique de ces hommes. Elle a l’œil et l’argent. Elle apprivoise Oliver l’un des plus doués. Lui rendant visite il rencontre un peintre et comme le loup de la fable « Le loup et le chien », préfère la liberté au collier et la soupe quotidienne...

On est au bord de la seconde guerre mondiale, l’un d’eux s’engagera, laissant les amis désemparés. Ils continueront leur œuvre, avec fierté, le Professeur Lyon obtiendra une chaire à Edimbourg grâce à eux !

C’est une pièce intéressante, émouvante, drôle, les comédiens sont très engagés dans leurs rôles. La mise en scène est créative, on ne voit pas les tableaux, on les devine, ce qui nous permettra d’admirer les œuvres véritables au final et connaitre ainsi l’historique de ces mineurs et de leur « université ».

Anne Delaleu
10 mai 2017
Lee Hall (1966) est scénariste (Billy Elliott) et dramaturge, de lui j'ai vu "Face de cuiller" et une adaptation de "Pinocchio".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire