lundi 18 novembre 2019

L'enfer conjugal - G.de Maupassant. La Huchette


Site du théâtre ICI
durée 1h15

L’enfer conjugal
Guy de Maupassant


Au tribunal, le juge Saval entend les plaignants, c’est vraiment la misère du monde, une peinture au vitriol du milieu paysan normand. Mais cette galerie de portraits n'est pas sans saveur !

La première plaignante une femme, d’un certain âge, pas très attirante, a été séduite et abandonnée par son ami, celui-ci, ayant en poche l’acte de donation d’un terrain, n’a pas respecté la clause du contrat, rester avec la dame, il en a trouvé une autre…

Puis, une autre histoire, tentative de meurtre sur la femme d’un des accusés, en fait, plus attiré par la dive bouteille que par sa femme, le bonhomme veut la vendre à un ami, aussi imbibé que lui, mais le prix de la dame ? la solution c’est l’eau, enfin pas pour boire mais pour plonger la malheureuse, tête en avant dans le tonneau et la vendre au mètre cube !

Puis, un couple qui a ses petites habitudes, son coin de pêche, hélas, un jour l’endroit est pris par un autre, et il s’ensuit une bagarre qui finira bien mal, tout ça à cause des épouses qui se sont crêpées le chignon.

Et le sacristain, marié père de famille, mais qui rend “service” à une veuve et lui réclame son dû, il a rempli son contrat elle est enceinte, mais de lui ? des autres qu'elle présente comme témoins ?

Enfin le juge Saval, décidément célibataire, se retire vingt ans après dans sa maison, il est seul, il n’a eu qu’un seul amour, mais la jeune femme était mariée à un ami. Malgré tout, le juge veut tirer une histoire au clair, un malentendu qui s’est déroulé il y a quelques années avec elle. Que va-t-il en sortir ? Parfois, il vaut mieux ne pas savoir.

L’enfer conjugal, oui en effet, mais que de rires, et puis la chute avec Maupassant, mélancolique, triste.

Alain Payen est le narrateur, il est tous les rôles, avec beaucoup d’humour et de sagacité.

Lire et relire Maupassant sans modération !

Anne Delaleu
18 novembre 2019
théâtre de la Huchette

Aucun commentaire:

Publier un commentaire