lundi 4 novembre 2019

Le nom sur le bout de la langue - P. Quignard - Th de la Huchette




Site du théâtre ICI
durée 70 mn

Le nom sur le bout de la langue
Pascal Quignard

Mise en scène Aurélia Arto 
avec Marion Lahmer


Elle avance chantonnant fort bien d’ailleurs, la chanson de Barbara “Ce matin là”. C’est une histoire d’amour, et les paroles de la chanson illustre bien ce qui va suivre. L’époque ? le Moyen-âge, c’est un conte bien singulier auquel nous assistons, le diable s’en mêle aussi...

Colbrune, une jeune brodeuse est amoureuse du tailleur Jeûne. Elle a le courage de ses sentiments, et lui avoue son amour. Le jeune homme la défie, il faudra pour qu’ils se marient qu’elle lui brode de manière identique, la somptueuse ceinture qu’il porte. Colbrune jour et nuit tente vainement de faire une ceinture en tout points semblable, elle n’y arrive pas et se désespère, elle n’épousera pas Jeûne.

Un soir pourtant, un seigneur se présente à sa porte, il s’est égaré et cherche refuge, la jeune fille se confie à lui, quelle joie, le seigneur lui donne une ceinture identique à celle de son fiancé, mais … il reviendra dans un an et si elle ne se souvient pas de son nom elle sera à lui ! Colbrune rit, bien entendu, il peut revenir, elle se souviendra de lui !

La ceinture est donnée, le mariage conclu, les deux jeunes gens s’aiment et les mois défilent… Colbrune tout d’un coup ne se souvient plus du nom du seigneur, panique, peur, elle est bien obligée d’avouer son stratagème à son mari. Celui-ci par trois fois, partira dans les recoins les plus sombres de la forêt, un lapereau, une carpe, une buse lui serviront de guide. Mais Jeûne en revenant ne se rappelle plus du nom du seigneur !

Comment le conte se termine d’après vous ? 

Marion Lahmer, campe avec sensualité et gaîté la belle Colbrune, elle est accompagnée d’un musicien, ce conte initiatique de Pascal Quignard est prenant, on y croit, on galope avec Jeûne, on pleure avec Colbrune, on sourit aussi.

Une belle histoire qui donne envie de lire et relire Pascal Quignard.

Anne Delaleu
4 novembre 2019
théâtre de la Huchette


Aucun commentaire:

Publier un commentaire