samedi 21 juillet 2018

Mademoiselle Molière - Buffon Avignon

14h50  durée 1h15

réservations  Théâtre Buffon  +33 (0)4 90 27 36 89

Mademoiselle Molière

Gérard Savoisien

Mise en scène Arnaud Denis
Avec Anne Bouvier, Christophe de Mareuil


Madeleine Béjart se prépare dans sa loge, et en profite pour écrire une lettre à son amie Marotte qui deviendra bientôt l'épouse de La Grange comédien de Molière.

Celui-ci d'ailleurs entre enfin dans la loge pour se changer, il est mort de trac ! Certes de passer en scène mais aussi d'annoncer à Madeleine une importante nouvelle. Il n'ose lui dire son amour pour la petite Menou qui a bien grandi, et qui est la fille de Madeleine, ou sa soeur c'est selon.

Madeleine est une femme de coeur et de tête, elle sait comment rassurer son amant, elle a longtemps fermé les yeux sur ses trahisons, elle a su pardonner, mais garde un oeil sur toutes les jolies comédiennes, Marquise en particulier qui tourne autour de lui, elle ne se doute pas de ce qui l'attend.

Les représentations se suivent avec succès, Fouquet est le protecteur de Molière, bientôt il faudra conquérir le roi, sa majesté aime l'art, la danse et le théâtre.

Un soir Jean-Baptiste annonce à Madeleine son désir d'épouser Armande. Elle ne le croit pas puis se rend à l'évidence et laisse éclater sa souffrance, avant de le mettre en garde.

La mise en scène d'Arnaud Denis, reflète bien l'époque et les sentiments de ces deux êtres que tout unissait. Il y a le côté coulisses et le côté scène, fort bien faits. Les dialogues sont percutants, drôles.

Anne Bouvier est une exquise Madeleine, elle en a saisi les qualités humaines, l'humour. Christophe de Mareuil n'a pas le beau rôle, mais c'est un Molière pétri de remords, fou d'amour pour une jeunesse mais débordant de tendresse envers sa maîtresse.

Un excellent moment de théâtre, quelle belle idée de rendre justice à Madeleine Béjart.

Une femme cultivée, belle, sensuelle, elle a aimé Molière de toute son âme. Il est mort un an jour pour jour après Madeleine...

Anne Delaleu
21 juillet 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire