jeudi 3 mai 2018

La mécanique du coeur - M. Malzieu - A la folie théâtre



jusqu'au 24 juin 2018, durée 1h20
jeudi à 19h30 - samedi à 18h - dimanche à 16h30.

Site du théâtre ICI

Avignon 2018 théâtre Pandora

La mécanique du cœur

Mathias Malzieu


Mise en scène : Coralie Jayne
Avec Nicolas Avinée en alternance avec Pierre-Antoine Lenfant, Gregory Baud en alternance avec Maxime Norin, Clara Cirera, Gabriel Clenet, Mylène Crouzilles, Laurent Vigreux


Il fait nuit, quatre petites lumières investissent la scène, portées par des personnages bien curieux, nous sommes à Edimbourg, en 1874, une jeune femme sur le point d’accoucher va perturber tout ce petit monde. Madeleine, sage-femme un peu spéciale, dotée de pouvoirs surprenants va aider l’enfant à venir au monde, mais il fait bien froid ce jour-là et le cœur du bébé est gelé ! Rien d’impossible à Madeleine, une horloge à coucou fera l’affaire.



Les années passent, Jack a dix ans, il est bien entouré, il y a Madeleine bien sûr, mais aussi Arthur et Luna. On ne peut pas dire que ce soit la fête délirante… le seul souhait de Jack c’est aller en ville, voir du monde, sortir, Madeleine lui a promis. Alors elle cède, et les voilà dans le monde, le jeune garçon est attiré par une charmante chanteuse espagnole, il est subjugué ! Il fera tout pour la retrouver et ça le mènera bien loin et bien au-delà de ce qu’il pense et de ce qu’il redoute, car il doit éviter les émotions…


Voilà un parcours initiatique, savoir prendre des décisions, bonnes ou pas, il faut oser, c’est ce que lui explique son ami Georges Méliès, génial inventeur et magicien du cinéma.


On retrouve un peu l’univers de Tim Burton, et puis le théâtre de tréteaux est bien recréé, il y a de l’invention dans les accessoires, tout se transforme, c’est une véritable explosion de couleurs, de gags. La poésie et l’humour sont toujours présents.

Beaucoup d’enthousiasme dans la troupe, chacun joue sa partition avec justesse et émotion. Un bon moment poétique à passer rue de la Folie Méricourt.

Anne Delaleu
3 mai 2018



Aucun commentaire:

Publier un commentaire