samedi 3 mars 2018

Quelque part dans cette vie - I. Horovitz - théâtre Edouard VII


mardi au samedi 21h
samedi 17h30 - dimanche 15h30
durée 1h45
Site du théâtre ICI

Quelque part dans cette vie

Israël Horovitz


Adaptation libre de Jean-Loup Dabadie
Mise en scène Bernard Murat

Emmanuelle Devos, est Kathleen Hogan, timide, mal fagotée, pas très futée, fâchée avec la grammaire, ce qui a pour effet d’énerver un peu plus Jacob Brackish (Pierre Arditi). Celui-ci est professeur de musicologie retraité, il annonce dès l’entrée qu’il est malade et condamné, ce qui n’a pas l’air d’émouvoir plus Kathleen, elle pensait enfin avoir trouvé un travail stable !

Comme Beethoven, Brackish est sourd comme un pot et un caractère épouvantable, est-il vraiment sourd… Kathleen aura quelques doutes et va le piéger. Tout au long de la pièce, elle lui fait comprendre qu’elle avait d’autres rêves,  qu’il a été le « fossoyeur » de sa vie, ainsi que de celle de son défunt mari, et d’autres secrets enfouis en elle. Brackish n’a aucun regret, ses élèves, il y avait les mauvais et les bons ! Il va même se plaindre de l'ingratitude de ses anciens élèves, son téléphone ne sonne jamais et pour cause. 

Le décor est très bien agencé, maison sur deux niveaux, on situe mieux, le déroulement de leur vie avec les saisons qui passent, la neige, les fleurs du printemps. Changement de scène, baisser de rideau à chaque fois, la pièce traîne en longueur et perd de sa force.

Cette pièce intitulée « Opus Cœur » a été réadaptée par Jean-Loup Dabadie, sous un autre titre, je n’ai pas retrouvé la chaleur, l’humanité et l’humour, des précédentes versions.


Un peu déçue par cette adaptation.

Anne Delaleu
3 mars 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire