samedi 2 décembre 2017

Feydeau (x) - G. Feydeau - Le Lucernaire


durée 1h10
mardi au samedi 20h et dimanche 17h
Site du théâtre Le Lucernaire ICI

Feydeau (x)
3 Pièces en un acte de Georges Feydeau
Mise en scène Thierry Harcourt

Amour et Piano
Laurence Facelina (Lucile) - Louis-Victor Turpin (Édouard) - Sébastien Baulain ou Marc Maurille (Baptiste)

Ah les jeunes filles au piano, comme c’est romantique et plus d’un peintre a immortalisé la scène, oui mais voilà avec Feydeau, on préfère « croquer » la demoiselle mais pas en portrait.

Edouard, fraichement débarqué de sa province, est bien décidé à mener grand train, il a de l’argent, une situation, il lui faut une maitresse en vue ! le voici donc dans le salon de celle qu’il croit être la Dubarrois, comédienne et demi-mondaine à ses heures. Mais voilà, Lucile quant à elle, n’a rien à voir avec le monde du spectacle, elle adore Wagner et pense recevoir son professeur de piano...


Par la fenêtre
Mathilde Hancisse  (Emma) - Sébastien Baulain Ou Marc Maurille  (Hector)

Hector, avocat, obéit en tout à maman, il est avocat parce qu’elle le voulait, elle a même choisi sa femme ! Hector n’est pas compliqué, seulement son épouse est d’une jalousie maladive, elle est retournée chez sa mère, et a donné son congé à la bonne. Bref, pour l’heure, Hector est affamé et songe à se mettre à table tranquille, lorsqu’une tornade brésilienne interrompt son déjeuner, l’oblige à s’enrhumer, en ouvrant la fenêtre, parce qu’elle veut donner une leçon à son époux jaloux maladif !

Fiancés en herbe
Nina Poulsen (Henriette) - Basile Alaïmalaïs Ou Antoine Paulin (René)

Ah que c’est ennuyeux et compliqués les « fables de La Fontaine », c’est ce que pense Henriette, petite fille modèle, en compagnie de son jeune ami René, un grand garçon de onze ans qui a les mêmes soucis que sa petite copine, ils ont un « dragon » d’institutrice qui les fait marcher au pas !
Non le mieux ce serait de se marier ! mais comment fait-on ? voilà les interrogations compliquées d’Henriette et René, qui  n’ont guère d’idées en matière de bébé, de mariage papa/maman.


Ces courtes pièces de jeunesse sont d’une grande fraîcheur et on sent déjà la patte comique mais cynique de Georges Feydeau. La mise en scène est dynamique, les comédiens se prêtent avec beaucoup de verve à ses jeux amoureux et tout finit par des chansons « Tout ça n’vaut pas l’amour » !


Anne Delaleu
2 décembre 2017



Aucun commentaire:

Publier un commentaire