mercredi 8 mars 2017

La garçonnière - B. Wilder - théâtre de Paris



Site du Théâtre de Paris ICI
 mardi au samedi 20h30 - dimanche 17h
1h20
La garçonnière
Billy Wilder & I.A.L Diamond

Adaptateurs : Gerald Sibleyras/Judith Elmaleh

Mise en scène : Jose Paul
Avec Guillaume De Tonquedec, Claire Keim,  Jean-Pierre Lorit,  Jacques Fontanel, Benoit Tachoires, Pierre-Olivier Mornas, Muriel Combeau, Sophie Le Tellier, Jean-Yves Roan, Benedicte Dessombz, Gregory Gerreboo, Anne-Sophie Nallino

New York, les années 50, une époque aux Etats-Unis, où les commissions de censure faisaient la loi dans les films, les théâtres...

Billy Wilder avait donc concocté ce scénario, dont il faut bien reconnaître que le sujet est immoral ! En effet, un simple employé de bureau fait de la « promotion canapé » à sa manière. Monsieur Baxter, célibataire, loue son appartement pour les parties fines de ses supérieurs... il a un planning qu’il tient à jour scrupuleusement, est-il un employé modèle ? On peut en douter et d’ailleurs ce n’est pas l’important dans l’histoire. Le grand patron ayant eu vent de ces « locations », convoque Baxter pour lui demander le même vilain service.
Baxter entrera donc dans le jeu, atteindra les hauts sommets, son bureau près de M. Sheldrake le grand patron, pourra même l’appeler par son prénom. Mais le grain de sable s’appelle Mlle Novak, qui tient le rôle de liftière dans l’immeuble mais hélas et surtout est la maîtresse du grand patron.
Amour ou carrière, il faudra que Baxter choisisse !


Bien entendu, cette comédie cynique sur les rapports homme/femme dans l’entreprise, quelques répliques bien sexistes (mais drôles !) ont fait réagir le public féminin (c’était la journée de la femme...). Jean-Pierre Lorit excellent et séduisant, dans le rôle du patron que rien n'émeut !
Guillaume de Tonquédec incarne avec subtilité et charme, le rôle pas très glorieux de ce petit employé de bureau, on comprend qu’il tombe amoureux de la délicieuse Claire Keim, et que dire du succulent Jacques Fontanel dans le rôle du voisin. Bien entendu, tous les comédiens servent parfaitement la mise en scène créative et dynamique de José Paul.
Aucun temps mort dans les changements de lieux, on se retrouve aussi bien dans l’appartement de Baxter, que dans les bureaux du directeur, de la secrétaire, du restaurant et l’extérieur aussi avec vue sur les gratte-ciel. C’est un hommage au cinéma.
Un vrai bon spectacle, drôle et romantique aussi. Un beau succès mérité pour cette pièce.





Anne Delaleu
8 mars 2017

Aucun commentaire:

Publier un commentaire