mercredi 7 septembre 2016

Le dernier baiser de Mozart - A. Teulié - théâtre du Petit Montparnasse


Site du théâtre ICI

Le dernier baiser de Mozart
Alain Teulié

Mise en scène Raphaëlle Cambray
avec Delphine Depardieu et Guillaume Marquet


Un intérieur bourgeois, une cage à oiseaux dans un coin, des livres, des partitions, un piano. Il neige dehors, on est en janvier à Vienne en 1791, le poêle est allumé.




Constance Mozart frissonne, elle attend quelqu’un, Franz-Xaver Süssmayr entre, il est intimidé. Triste aussi, il a perdu son ami, qui le taquinait certes mais sans méchanceté, Wolfgang était un sacré galopin !

Constance le charge de remettre à l’Empereur, un courrier demandant assistance. Elle est jeune veuve avec deux jeunes garçons. Elle est prête à tout pour ses enfants et pour elle.

Franz-Xaver lui propose de terminer le Requiem. Quelle audace ! Elle a d’autres projets en tête.

C’est le jeu du chat et de la souris, ils s’observent, se jaugent, la séduction est là aussi, Constance ne joue-t-elle pas un double jeu ? Faire croire à Franz qu’elle a demandé à un autre de terminer le Requiem, et ainsi toucher l’argent qu’on lui doit ? Franz a l’air si naïf, si désemparé devant cette femme qu’il a autrefois aimé.

Le texte d’Alain Teulié est fin, incisif, drôle. Raphaëlle Cambray signe une mise en scène efficace, respectueuse, ne cherche pas à imposer du Mozart, il est en filigrane, si présent.

Delphine Depardieu joue de sa coquetterie, charmeuse, tentatrice, mais déterminée. Guillaume Marquet est l’instrument musical, il est fragile, mais lorsqu’il parle du Requiem, tout son être est au diapason.


« Lorsqu'on vient d'entendre un morceau de Mozart, le silence qui lui succède est encore de lui » Sacha Guitry.

Avignon off au théâtre Actuel et retour à Paris dès le 7 septembre.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire