mercredi 24 octobre 2018

Un amour exemplaire - Cestac/Pennac - Rond-Point

Site du théâtre ICI 
jusqu'au 18 novembre 2018
Salle Jean Tardieu
durée 1h15 - mardi au dimanche 18h30

Un amour exemplaire

D’après la bande dessinée de Florence Cestac et Daniel Pennac


Mise en scène Clara Bauer

Avec Florence Cestac (la dessinatrice), Marie-Elisabeth Cornet (Germaine) Pako Ioffredo (Père de Germaine), Laurent Natrella (Jean de Bozignac), Daniel Pennac (le narrateur)


De nos jours, les princes épousent des roturières avec un passé sulfureux ou pas. Mais l’histoire qui nous est contée est mieux qu’un conte de fées, enfin s’en est un quand même !

Germaine couturière, est renvoyée de chez Madame la marquise de Bozignac, elle lui a rendu la gifle que celle-ci lui avait envoyée, à cause d’un malencontreux coup d’épingle. Mais Jean de Bozignac avoue son amour à Germaine, qui le lui rend au centuple. Ils sont désavoués tant par la famille aristocratique que par le peu recommandable père de Germaine. Et c’est tant mieux !

Ils peuvent enfin vivre de livres et d’eau fraîche, Jean a acquis une culture littéraire grâce à un de ses oncles, et il possède des livres rares, qui serviront à faire vivre le jeune ménage.

Ils vécurent heureux et n’eurent jamais d’enfants, voilà ce qu’on pourrait dire de Germaine et Jean. Un couple sans histoires, mais quand on ne rentre pas dans la norme, on est vite catalogué… Le petit Daniel, les a bien connus, lorsqu’il allait chez sa mémé. Grâce à eux il a aimé les livres, les couples d’amoureux, devenu professeur, il enseignait à ses élèves la littérature à travers les couples mythiques !

Clara Bauer a eu une merveilleuse idée, mêler la bande dessinée et le théâtre, Florence Cestac dessine et nous voyons le résultat sur écran, (j’ai récupéré un beau dessin !). Marie-Elisabeth Cornet est l’amoureuse Germaine, petite et blottie contre son Jean, Laurent Natrella lunettes sur le nez comme tout bon lecteur qui se respecte, Daniel Pennac savoure l’histoire qu’il nous raconte, et n’oublions pas Pako Ioffredo, inénarrable « artiste de complément » fort bien employé ici !

Daniel Pennac, c’est un de mes écrivains préférés, « la fée carabine » ; « au bonheur des ogres » et surtout « chagrin d’école » qui m’a consolée de mes années d’études !


Bref, une heure et quart de pure gaieté et d’émotions à ne pas louper au Rond-Point.

Anne Delaleu
24 octobre 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire