dimanche 14 octobre 2018

Misery - King - Théâtre Hébertot

Site du théâtre ICI
du jeudi au samedi 21h (mardi 16 et mercredi 17 à 21h)
dimanche 15h
durée 1h30
photos Nathalie Sternalsky

Misery

William Goldman


D’après le roman de Stephen King
Adaptation française Viktor Lazlo

Mise en scène Daniel Benoin - Assistante à la mise en scène Alice-Anne Filippi Monroché

Avec Myriam Boyer et Francis Lombrail


A travers la fenêtre d’une chambre on voit la neige tomber, une femme est assise sur une chaise devant un lit où se tord de douleur un homme. Que s’est-il passé ?

Annie a sauvé Paul, il était coincé dans sa voiture, elle l’a ramené chez elle et soigné, elle est infirmière. Tout pourrait sembler en bonne voie mais, Annie est une fan assidue de l’écrivain Paul Sheldon auteur à succès de la saga « Misery ». Annie est sa fan numéro 1, hélas pour lui…

Paul s’inquiète de ne pas se retrouver à l’hôpital, il souffre beaucoup, et voudrait donner de ses nouvelles à son éditeur et surtout à sa fille. Annie, lui dit qu’avec la neige, les routes sont encombrées et son téléphone ne passe pas.

Annie le rassure, elle connaît tout de Misery, et arrive à trouver enfin le dernier tome, elle se fait une joie de gamine à l’idée de retrouver son héroïne. Mais Paul, souhaitant passer à un autre genre littéraire a « tué » Misery. Annie devient hystérique et n’accepte pas non plus le nouveau manuscrit de Paul, qu’elle juge trop vulgaire. Et la descente aux enfers de l’écrivain commence. Annie l’oblige à « ressusciter » Misery ! Elle sera cruelle avec lui et tortionnaire.



Il n’a pas le choix, il est enfermé dans sa chambre, mais c’est un écrivain, donc il a assez d’imagination pour tenter le tout pour le tout.


La mise en scène est adroite, les vidéos cauchemardesques, bonne idée aussi de montrer par caméra, l’intérieur de la maison.

Myriam Boyer sait jouer au chat et à la souris, parfois souriante et humaine, elle devient abominable et psychotique. Francis Lombrail est à sa merci, on souffre avec lui, on aurait presque envie de lui crier « attention la voilà ! ».

Un bon moment de théâtre, suspense et angoisse réunis, avec deux excellents comédiens.

Anne Delaleu
14 octobre 2018



Aucun commentaire:

Publier un commentaire