mardi 29 octobre 2013

Une heure de tranquilité - Zeller - théâtre Antoine





Mise en scène Ladislas CHOLLAT


Avec Christiane Millet, Chloé Lambert, Emmanuel Patron, Joël Demarty, Xavier Aubert, Ivan Cori



« Sous quel astre, bon Dieu, faut-il que je sois né,

Pour être de Fâcheux toujours assassiné ! »

(Molière – Les fâcheux)



C’est ainsi que conclut Fabrice Luchini aux saluts pour remercier le public. Il rend ainsi hommage à son maître ainsi qu’à Florian Zeller qui lui a écrit un rôle à sa démesure.





Michel rentre chez lui, tout excité, un disque vinyle sous le bras, il montre à Nathalie sa femme, le trésor qu’il a découvert, un précieux enregistrement de jazz cultissime, il adore cette musique et veut profiter d’un moment de liberté pour savourer sa musique, mais voilà… Nathalie souhaite lui parler de toute urgence, non ça ne peut pas attendre, et puis voilà que le plombier s’y met ! La perceuse entre en scène, mais le plombier n’est pas si habile que ça et le voisin du dessous débarque, inondation dans sa chambre ! 


Michel n’est pas au bout de ses peines, voilà que débarque « Funking rat » en personne, hard rockeur c’est Sébastien le fils, agressif le jeune homme, Michel a dû mal à le calmer et surtout voudrait écouter son disque. 


Mais voilà aussi qu’Elsa, sa maîtresse et par l’occasion la meilleure amie de Nathalie, surgit également, le moral en berne et la culpabilité envahissante ! Et Pierre le meilleur ami lui aussi a des révélations…


Michel n’aura de cesse, pour écouter dans le calme son cher disque, que de retourner chaque situation aux dépens des uns et des autres, menteur, manipulateur, exalté, agressif ! 


Tout finit par s’écrouler au sens propre et figuré. La fin est inattendue.

On rit beaucoup, difficile pour ces comédiens de talent, de garder leur sérieux.

 


Apparemment le coup de colère de Luchini au mois d’avril à la toute fin de la pièce, refusant de saluer avec ses camarades. Le public  présent, a visiblement pardonné, enfin peut être pas ceux qui ont assisté au caprice de Fabrice…



Aucun commentaire:

Publier un commentaire