lundi 5 décembre 2016

Une chambre en Inde - théâtre du Soleil


 Site du théâtre ICI

19h30 le mercredi, le jeudi et le vendredi,16h le samedi, 13h30 dimanche.un peu moins de 4 heures entracte compris.jusqu’au 31 décembre 2016, du 11 janvier au 10 février 2017, puis à partir du 4 mars et jusqu’au 21 mai 2017.


Une chambre en Inde
Création collective du théâtre du Soleil
Dirigée par Ariane Mnouchkine

Dans sa chambre en Inde, Cornelia est réveillée par le téléphone, c’est un appel d’Astrid en France qui lui demande où se trouve le directeur de la troupe M. Lear. En fait, celui-ci a perdu la raison suite aux attentats de Paris. Il est arrêté par la police indienne, après s’être exhibé nu sur le monument du Mahatma Gandhi !

Cornelia est désespérée, elle n’a aucune idée du spectacle à présenter, et le pire c’est le manque d’argent, ils ne peuvent plus partir, il faut donc absolument trouver un projet de pièce. Oh, elle ne manque pas d’imagination malgré ce qu’elle peut dire. Mais il y a tant d’obstacles, de difficultés de tous ordres.

Elle a des visions étonnantes, le grand William vient la voir, comme elle, il se préoccupe de se moquer des méchants, mais après tout « notre Molière » s’est brillamment illustré dans ce genre ! Cornelia se fait même soigner par Tchekhov, aidé en cela par les trois sœurs.

Voilà que le téléphone sonne, c’est toujours Astrid pour savoir ce qu’il en est du projet théâtral, alors que le Mahabharata, raconte ses légendes à un rythme effréné de chant et de danse. Le sujet en est souvent la femme indienne et sa place dans la société.


Certes, Cornelia se pose la question, quel avenir pour le théâtre dans le monde chaotique dans lequel nous vivons, si les théâtres disparaissent demain ou dans dix ans, manqueront-ils vraiment ? La Culture peut-elle sauver le monde, en se moquant des terroristes, en les tournant en dérision, (la scène des djihadistes prêts au combat est très drôle) oui faire rire malgré l’horreur est-ce possible ?

Difficile de résumer ce spectacle, il est à l’image de Cornelia, un peu de tout, beaucoup d’imagination, de créativité, de remise en question. Mais aussi un message d’espoir délivré par « Charlot ».

On retient de ce spectacle l’exigence, l’expérience, la rigueur, toute la troupe est à citer, acrobates (les singes sont stupéfiants de naturel), musiciens, comédiens.

Anne Delaleu
3 décembre 2016




Quant on arrive dans le hall du théâtre du Soleil, on est déjà dans l’ambiance, décorations murales ou guirlandes électriques, la cuisine est au goût du spectacle, très bonne soupe et bon pâté aux épinards !






Aucun commentaire:

Publier un commentaire