samedi 20 février 2016

Jean-Paul II - Antoine Vitez Rencontre à Castelgandolfo - JP Mestre - Théâtre La Bruyère



Site du théâtre ICI

Mardi à vendredi à 19h - samedi à 18h
(1h20)

 Jean-Paul II  Antoine Vitez - Rencontre à Castel Gandolfo
Jean-Philippe Mestre

Mise en scène Pascal Vitiello
avec Bernard Lanneau et Michel Bompoil


Le 28 juillet 1988, nommé depuis peu à la tête de la Comédie Française, Antoine Vitez administrateur, parfaitement athée, accompagna ses comédiennes (Françoise Seigner, Catherine Salviat et Bernadette Le Saché, excusez du peu !) pour une représentation dans les jardins de Castelgandolfo du « Mystère de la Charité de Jeanne d’Arc » de Charles Péguy, mis en scène par Jean-Paul Lucet.



Deux personnalités se confrontent et se respectent. Jean-Paul II (1920-2005) dans sa jeunesse voulait devenir acteur, il écrivit une pièce de théâtre « La boutique de l’orfèvre », il fut aussi comédien amateur dans une troupe qui fut interdite par le parti communiste en Pologne.

Antoine Vitez, (1930-1990) militant communiste jusqu’en 1979, était  un metteur en scène de talent, tant au théâtre qu’à l’Opéra. Le non-croyant qu’il était ne l’a pas empêché de monter Claudel, « Partage de midi » et « Le soulier de satin ».

Après la représentation, Vitez aura une discussion avec le Saint Père, sur la foi, l’Eglise, l’Inquisition, l’excommunication des comédiens, il n’épargnera pas les critiques, souvent fondées, et Jean-Paul II féru d’art et de théâtre, répond calmement et surtout en parfait politique !

Le pape connait le travail de Vitez et le lui rappelle (l’Evangile selon St Jean), celui-ci est si étonné que Jean-Paul II lui révèle que le Vatican a de bonnes archives…

Une seule chose semble unir un instant les deux hommes, le souvenir de leurs pères, c’est un beau moment d’émotion.


Pas de décor, de la lumière et des effets de silhouettes en contre-jour. Deux merveilleux comédiens servant un texte intéressant pour cette joute oratoire entre deux intellectuels, militant chacun à leur manière.


Challenge théâtre 2016

Aucun commentaire:

Publier un commentaire