mardi 28 octobre 2014

La peau d'Elisa - Fréchette - théâtre Michel


Mise en scène de  Véronique Kapoian

Une jeune femme assise à une table d’un café, elle est vêtue d’un manteau un peu vague, on dirait qu’elle se cache de quelque chose, a-t-elle un handicap ? Et puis elle nous interpelle, gentiment avec un gracieux sourire, on ne peut que fondre, elle n’a pas l’air « foldingue », un peu excitée quand même… elle parle de tout mais surtout d’amour, de ses amours, elle est très attentive à ce que nous ressentions toutes ses histoires. Elle est amusante, trouve tout normal dans l’attitude de ses « chéris », Siegfried, Yann ou … Marguerite.

photo Fabienne Rappeneau


Elle n’en finit pas de raconter ses amours passées, et puis elle s’arrête pour se concentrer sur … sa peau, a-t-elle peur de vieillir ? Telle Shéhérazade, elle est « conteuse » pour se protéger, pour « sauver sa peau ».

Laurence Pollet-Villard, une charmante comédienne, drôle qui vit vraiment son rôle et nous l’offre en partage sur le slow de The Drifters – « Save the last dance for me » repris en français par Mort Shuman

photo Fabienne Rappeneau


“And don't forget who's takin' you home
And in who's arms you're gonna be
Oh, darlin', save the last dance for me”


Une curieuse histoire, comme sait les raconter Carole Fréchette, dont on connait en France, « Simon Labrosse », « Jean et Béatrice », « Le collier d’Hélène ».

Challenge théâtre 2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire