mercredi 5 septembre 2018

La ménagerie de verre - Poche Montparnasse


mardi au samedi 21h - dimanche 17h30 - durée 2h
site du théâtre ICI

La ménagerie de verre
Tennessee Williams


Mise en scène de Charlotte RONDELEZ

Avec Cristiana Reali, Ophélia Kolb, Charles Templon,  Félix Beaupérin,

Décors Jean-Michel Adam,  Costumes Jean-Daniel Vuillermoz, Lumières François Loiseau
Magie Romain Lalire, Création musicale Vadim Sher Assistante à la mise en scène, Pauline Devinat


1930, les années folles, à Saint Louis aux Etats-Unis, Amanda est la mère de Tom et Laura. Seul Tom travaille dans un dépôt de chaussures, il est le seul soutien de famille, le père les ayant quittés il y a quelques années. Amanda, est une belle femme, sûre de son charme, mais toujours plongée dans un passé un peu plus glorieux lorsqu’elle était jeune fille. Sa seule préoccupation c’est Laura,  elle est légèrement claudicante, pas sûre d’elle, tétanisée par la peur de se montrer et surtout étouffée par l’image de sa mère toujours éblouissante, elle ne se sent à l’aise qu’avec Tom, celui-ci rêve d’un ailleurs, d’un long voyage, partir, fuir. Amanda pense à l’avenir, Laura doit se trouver un mari !

Pressée par sa mère, Tom invite un collègue, Jim. Hâbleur, charmeur, il plait déjà beaucoup à Amanda (un peu trop), Laura en était secrètement amoureuse au lycée. Tom a « oublié » de régler la note d’électricité et c’est à la lumière romantique des bougies, que Laura et Jim, font connaissance. Jim séduit Laura qui prend vite au sérieux ses rêves et parle avec trop d’exaltation de sa « ménagerie de verre ».

Charlotte Rondelez a su recréer le climat de cette famille brisée, Cristiana Reali est la mère charmeuse et venimeuse, Ophélia Kolb est une parfaite Laura, tout en douceur, mêlant l’hystérie, retombant dans la torpeur, Charles Templon est Tom le « jumeau » de Tennesse, il est naturel et émouvant lorsqu’il évoque sa sœur, et Félix Beaupérin, le beau parleur, dépassé par la situation et se sauvant  lâchement.

Tennessee Williams avait une sœur, un peu «spéciale», il n’a pas pu empêcher qu’elle subisse une lobotomie, il se culpabilisera toute sa vie, de ce drame familial il écrira sa plus belle pièce.


Une belle rentrée de saison pour le Poche-Montparnasse avec cette pièce si émouvante, superbement interprétée.

Anne Delaleu
5 septembre 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire