mercredi 11 octobre 2017

12 hommes en colère - R. Rose - théâtre Hébertot


Site du théâtre ICI
Mardi au dimanche 19h
jusqu'au 30 décembre 2017

12 hommes en colère
Réginald Rose
Adaptation française Francis Lombrail
Mise en scène Charles Tordjman


Avec Jeoffrey Bourdenet,   Antoine Courtray,   Philippe Crubezy,   Olivier Cruveiller,   
Adel Djemaï,   Christian Drillaud,   Claude Guedj,   Roch Leibovici,   Pierre Alain Leleu,   
Francis Lombrail,  Pascal Ternisien,   Bruno Wolkowitch


La vie d’un jeune homme est en jeu, douze hommes doivent délibérer, c’est l’acquittement ou la mort. Nous sommes aux USA, la canicule n’est guère favorable à la réflexion, et l’orage prêt à éclater aussi bien au dehors qu’au-dedans.

Le suspect est un jeune homme de 16 ans accusé de parricide, son père ne valait pas grand-chose et le gosse a subi des violences depuis l’enfance. Des voisins ont vu le meurtre, ont témoigné à la barre, et ont convaincu les jurés.


Un seul juré va émettre des doutes sur le témoignage des voisins, il va décortiquer ce qui lui semble invraisemblable. Bien entendu, les onze autres sont persuadés de la bonne foi des témoins, ou ne veulent pas se poser de questions... l’un ne veut pas louper son match, les uns les autres ont leurs affaires à faire tourner, et puis il y a ceux qui se fichent pas mal de leur rôle de juré. Culture, éducation, rang social, ils sont tous différents.

Tout est donc remis en question, et peu à peu, le vernis craque ainsi que les convictions de certains. Les uns et les autres apportant leur touche personnelle dans la remise en question des témoignages.

C’est avant tout une histoire d’hommes avec ce qu’il y a de plus noir enfoui dans leur cœur. La mise en scène de Francis Lombrail est sobre, efficace, les comédiens sont remarquables.


Un spectacle passionnant qui donne à réfléchir, car demain nous pouvons être appelé à juger notre prochain.

Anne Delaleu
11 octobre 2017

Cette pièce écrite en 1953 a été adapté au cinéma en 1957 par Sidney Lumet, Henry Fonda y tenait le rôle principal.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire