mardi 18 avril 2017

Le dernier chant - A. Tchekhov - théâtre de l'Epée de bois




Site du Théâtre de l’Epée de Bois  ICI
jusqu'au 7 mai
mardi, mercredi, jeudi, vendredi 20h30
samedi 16h et 20h30 - dimanche 16h
durée 1h10

Le dernier chant
D’après Anton Tchekhov
Textes : Le baron, Elle et lui, Le chant du cygne, Correspondances avec Olga.

Adaptation Emmanuel Ray, mise en scène Mélanie Pichot
Avec Emmanuel Ray, Mélanie Pichot, Fabien Moiny

Une voix sublime s’élève, la cantatrice accompagnée de son chef, vient saluer, ravissante dans une superbe robe écarlate, ils sont heureux, les applaudissements fusent, ils disparaissent.

Puis, un drôle de personnage apparaît, drôlement accoutré, les pantalons un peu trop courts mais il a l’air si heureux, c’est le souffleur, il est un peu l’âme du théâtre, le recours aux trous de mémoire, mais voilà, il est si amoureux des beaux textes, qu’il ne supporte pas le médiocre acteur sur scène !



Autre séquence, autre tranche de vie d’acteur, un spectateur parle de la comédienne qui se prépare dans la loge. Ses mots sont durs, elle n’est plus très jeune, ni belle, mais tout changera lorsqu’elle montera sur scène, la magie opère !

Puis ce sera au tour d’une jeune comédienne de parler de son rôle dans « Oncle Vania », elle a sa propre opinion sur son personnage, mais doit se battre pour convaincre.

Une grande fête, un peu trop arrosée, et voilà un acteur qui se réveille avec la gueule de bois ! lui aussi se remémore son parcours, ses amours contrariées, un acteur éveille de la passion, mais il faut qu’il rentre dans le rang s’il veut une vie familiale...

La dernière comédienne revient dans le théâtre qui a vu ses débuts, elle avait tant de rêves, elle est comme une mouette blessée.

« Le dernier chant » est composé de différents textes sur le théâtre, les comédiens, l’art de la comédie, sa fragilité, ses débordements aussi. Comme décor un curieux cube ouvert sur les côtés, qui représente au choix, la loge, le trou du souffleur.


Voilà un excellent spectacle avec des comédiens touchants, drôles, totalement investis dans chaque personnage, c’est un bel hymne à ce dur métier !
Anne Delaleu
18 avril 2017

Aucun commentaire:

Publier un commentaire