lundi 24 novembre 2014

Où donc est tombée ma jeunesse - les poètes de la Grande Guerre

Mise en scène Jean-Luc Revol

Avec Tchéky Karyo, comédien, Edmund Hastings ténor
Accompagnés au piano par Edward Liddall et au violon par Michael Foyle

De l’ouvrage « Les poètes de la Grande Guerre » de Jacques Béal, Jean-Luc Revol a choisi les poèmes qui touchent au cœur, à la tolérance, à la compréhension, au pardon, et en a créé une mise en scène sobre mettant en lumière les écrits sur la guerre, les soldats, l’attaque, la mort de l’être aimé, les horreurs des gaz ou des machines à tuer. En fond de scène, les tranchées, les lumières jouant sur la toile de fond pour des ciels irisés ou flamboyants.

Tchéky Karyo, interprète ces poèmes avec chaleur, humanité, avec des coups de gueule aussi. La part de l’émotion est aussi présente avec le jeune ténor anglais Edmund Hastings qui apporte un air pur, une voix si belle, ils sont accompagnés par deux musiciens de talent pour nous faire entendre, Butterworth, Gurney, Debussy, Beethoven et encore les « Roses of Picardy ». 

Après une série de tournée en province, deux représentations à Paris, la prochaine à Abbeville jeudi 27 novembre, ce spectacle traversera la Manche pour le Festival de Brighton et l’Institut Français de Londres en mai 2015.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire