vendredi 14 novembre 2014

Neige noire - variations sur la vie de Billie Holiday - théâtre de la Tempête


Texte et mise en scène Christine Pouquet

Samantha Lavital et Philippe Gouin (en alternance avec Remi Cotta)

Un décor composé de valises empilées (voyages, fuites), et d’une valise ouverte on entend le bruit de la machine à écrire, deux mains pianotent dans l’air. Une jeune fille, des gardénias dans les cheveux, raconte sa vie, pas toute sa vie, quelques fragments, elle préfère avec son compère nous raconter les beaux moments, enfin les rares instants de bonheur. Elle chante le jazz, elle compose aussi, de son enfance sordide, elle en nourrira son chant, son interprétation.

Billie Holiday de son vrai nom Elenora Fagan, a choisi comme pseudo le nom de son père, qu’elle idéalise, mais qui a fui ses responsabilités.

Samantha Lavital, est une « dame aux gardénias » pleine de charme, elle a une très jolie voix, et interprète « strange fruit » avec beaucoup d’émotion, le premier chant de révolte qui ose parler du racisme.


Pour ne pas sombrer dans le pathos, Philippe Gouin est son « clown blanc »,  un lutin qui endosse les différents costumes des hommes qui ont compté pour elle. Il a du dynamisme à revendre ! Le casting du producteur est drôle et très révélateur quant aux rôles que l’on donnait aux afro-américains, pas question qu’ils aient le premier rôle, la soubrette ou le majordome suffisait !

Christine Pouquet a réalisé une mise en scène vivante sur cette grande dame du jazz, qui n’a jamais pu surmonter ses blessures, a fait de mauvaises rencontres, et s’en est allée en juillet 1959 à l’âge de 44 ans.


On ne peut aussi s’empêcher de penser à la fin tragique d’une autre grande dame du chant Whitney Houston.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire