dimanche 12 juin 2016

Un amour qui ne finit pas - A. Roussin - théâtre Antoine



Site du théâtre ICI
Jusqu'au 5 juillet

Un amour qui ne finit pas (1963)
André Roussin (1911-1987)
Mise en scène Michel Fau

Avec Michel Fau, Léa Drucker, Pascale Arbillot, Pierre Cassignard, Audrey Langle, et la participation de Philippe Etesse.

L’histoire ? Un homme souhaite vivre enfin un amour qui ne finirait jamais… il est marié, n’a aucunement l’intention de tromper sa femme, il l’a déjà fait maintes fois et toujours déçu par ses maîtresses devenues trop envahissantes. Non lui est un doux rêveur, il propose à une jeune femme rencontrée lors d’une cure thermale, de lui écrire des lettres d’amour, un amour « courtois » en sorte, il ne lui demande rien en échange que de lire ses lettres, ne pas y répondre.

Elle est flattée, amusée, après tout elle ne risque rien, et honnête elle fait lire les lettres à son mari. Celui-ci finit par en être agacé, jaloux et file chez son « rival ». Il ne trouvera que l’épouse de celui-ci qui tentera de le rassurer, elle connait « son Jean » ! Mais c’est aussi une maîtresse femme, sanglée dans son tailleur et ses principes.


Qu’advient-il par la suite ? Pas d’adultère mais une remise en question du mariage, d’une trop grande tranquillité d’esprit quand on est marié, des questions qu’on ne se pose plus ou qu’on n’ose plus poser… et en fait une fable bien cruelle quand on y réfléchit. Il n’y a qu’à voir l’affiche de la pièce qui est très représentative.

Un décor yin et yang, noir et blanc, négatif positif, années 60, la scène est partagée en deux, les deux appartements des deux couples, l’un moderne, l’autre plus conventionnel, on se croirait devant notre bonne vielle télé noir et blanc !



Un texte ciselé, pas une once de vulgarité, rien de grossier et l’on rit du début à la fin ! Une mise en scène soignée et d’excellents comédiens qui servent le théâtre de Roussin avec bonheur. Un succès amplement mérité.


André Roussin, académicien en 1973, a écrit de nombreuses pièces et a su aborder des sujets alors tabous (homosexualité, avortement). 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire