mardi 5 novembre 2013

Moi, Caravage - Capitani - théâtre des Mathurins



Mise en scène Stanislas Grassian

Avec Cesare Capitani et Manon Leroy (en alternance avec Laetitia Favart)

Musique : Monteverdi, Guesualdo et Grancini.


Michelangelo Merisi plus connu sous le nom de Caravage raconte sa vie, sa jeunesse, ses blessures,  un récit en clair-obscur.
Photo B. Cruveiller.

Ce génie tourmenté, n’ayant peur de rien ni de personne, a pourtant maille à partir avec l’Inquisition, il réussit à braver l’opinion de tous et refuse le compromis d’un mariage pour se protéger. Son art,  il l’apprend grâce à ses maîtres qu’il dépasse tous, il peint comme il vit, avec sensualité, cruauté. Il travaille ses sujets à même la toile sans croquis. Ses modèles, il les trouve dans les rues, de pauvres gens, des prostituées.
Photo B. Cruveiller.

Chaque scène est un tableau à lui seul, grâce au talent des comédiens et aux jeux de lumière. Nous découvrons et nous « voyons » les œuvres par le récit qu’en fait Caravage, Manon Leroy est une partenaire attentive, importante, indispensable pour faire rebondir l’intrigue, « lasciatemi morire » chante-t-elle, elle sera le glaive qui délivrera Caravage.
Cette pièce a obtenu un franc succès, mérité, c’est une belle leçon d’histoire de l’art conté avec talent par Cesare Capitani. 
Photo B. Cruveiller.

« Moi, Caravage » est adapté du roman « La course à l’abîme » de Dominique Fernandez, un grand amoureux de l’Italie et de l’art.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire