samedi 27 octobre 2012

L'école des femmes - Molière - Comédie Française



 La maison est isolée, on y accède par barque. C’est la maison-geôle d’Arnolphe, là où il cache précieusement, son bien, sa chose, la jeune Agnès, qu’il épousera, étant sûr qu’elle ne lui fera pas porter de cornes, grâce à l’état d’idiotie et l’éducation qu’il lui donne.
Cette nouvelle mise en scène souligne bien le côté négatif, peu intelligent des personnages, on parle trop souvent d’Agnès, comme la sotte de service, alors que les autres ne valent guère mieux !

Arnolphe, trop sûr de lui, un égo surdimensionné qui le pousse à se donner un nom fleurant la noblesse.

Le couple Alain et Georgette, pas très futé mais l’appât du gain leur donne une certaine « intelligence »…

Horace (Jérémy Lopez) manipulé et bête en fait, amoureux mais aucune jugeote, un éternel gamin soumis à son père.

Agnès se révèlera par l’amour, mais elle ne peut guère faire de comparaison avec d’autres jeunes gens, et c’est surtout la jeunesse d’Horace qui l’attire.

Arnolphe, pense que son « éducation » et sa rigueur, lui offriront une jeune femme soumise à ses désirs. En fait, il connait bien la vie, et pour éviter d’être la risée des autres, il a « acheté » une petite fille de 4 ans, sans se préoccuper d’où elle venait et si elle avait une famille.

La mise en scène de Jacques Lassale est riche, intelligente, les comédiens sont excellents et apportent leur touche personnelle : Thierry Hancisse intense et inquiétant au bord de la folie, la farce avec Pierre-Louis Calixte et Céline Samie, Adeline d’Hermy touchante Agnès et vraie victime. Le dénouement d’ailleurs laisse peu d’espoir.

Un beau moment de théâtre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire