samedi 28 avril 2012

Pouic - Pouic - Théâtre des Bouffes Parisiens



de Jacques Vilfrid avec la collaboration de Jean Girault
adapté par  Lionnel Astier et Stéphane Pouplard
metteur en scène Lionnel ASTIER

avec : Valérie Mairesse - Lionnel Astier - Eric Berger - Rachel Arditi - David Saada - Bénédicte Dessombz - Alexandre Jazédé et Pouic Pouic !


C’est la comédie anti-stress du moment ! 

Certes il n’était pas facile de reprendre le flambeau après le célèbre film avec de Funès et Maillan. En hommage à la comédienne Lionnel Astier rebaptise sa femme Jacqueline à la scène.

Lionnel Astier a donc réadapté l’histoire, tout en la laissant dans les années 70, sans internet et sans portable, pour les besoins de l’intrigue et vous comprendrez facilement pourquoi !

Léonard Monestier et sa femme Jacqueline rentrent de vacances. Elle a préparé une surprise pour l’anniversaire de son époux, Jacqueline lui offre une concession de pétrole, elle a « fait une affaire », malheureusement elle s’est fait « plumer » par l’escroc le plus célèbre de la capitale ! Son mari va donc tout mettre en œuvre pour revendre ce « cadeau » à plus pigeon que Jacqueline.

Ça tombe bien, une de leurs relations Antoine, richissime et snobinard, est fou amoureux de leur fille Patricia. Celle-ci pour se débarrasser de cet encombrant soupirant a engagé le vendeur de voitures pour jouer le rôle de son mari. Mais voilà elle n’a pas prévenu ses parents et Léonard veut absolument qu’Antoine sorte son chéquier, quitte à sacrifier le bonheur de sa fille. Il y a aussi dans l’histoire le fils, qui normalement est en Amérique du Sud et qui débarque avec sa « panthère » latina qui ne fonctionne qu’au froissement des billets de banque… 

Quiproquos, rebondissements, rythme, tout est là pour nous divertir, et les comédiens y réussissent très bien. Difficile de résister à Valérie Mairesse, nunuche mais si brave et qui s’occupe si bien de son Pouic-Pouic, vrai gallinacée, sage, obéissant au doigt et à l’œil à sa « maman », et qui se balade sur scène sans problème !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire