dimanche 13 novembre 2011

Marie Tudor - Lucernaire

mardi au samedi à 21h30
Les dimanches à 15h
Du 12 octobre au 27 novembre 2011

Victor Hugo

Création en 1833 théâtre de la Porte st Martin. Pour l’anecdote, Mlle Georges était Marie et Juliette Drouet, maîtresse d’Hugo,  Jane. Elle était si nulle que la critique l’a éreintée et l’a dégoutée de la scène !

Mise en scène : Pascal Faber

Pierre Azema, Florence Cabaret, Stéphane Dauch, Pascal Guignard, Frédéric Jeannot, Florence Le Corre, Sacha Petronijevic, Flore vannier-Moreau

Marie Tudor, « Marie la sanglante », fille d’Henri VIII et de Catherine d’Aragon a eu une jeunesse malheureuse, rejetée par son père, éloignée de sa mère. Elle doit se marier pour raison d’Etat avec Philippe futur roi d’Espagne. Quant à Simon Renard, chargé des négociations,  il veut se débarrasser du favori de la reine, Fabiani.
C’est l’amour passionné d’une reine. Marie a été le témoin de l’humiliation de sa mère et elle se vengera durement de son amant qui l’a trahie. Elle se montrera machiavélique pour fomenter le complot contre Fabiani, mais folle amoureuse et désespérée elle tentera tout pour le sauver de l’échafaud, avec l’aide de sa rivale Jane.
C’est l’amour sincère d’une jeune fille pour un séducteur. Jane est une victime depuis sa naissance, orpheline, elle doit tout à Gilbert, il veut l’épouser, a-t-elle eu le choix ?
C’est l’amour ambigu d’un simple ouvrier amoureux de la seule femme qu’il ait connu, qu’il ait élevé. A-t-il fréquenté d’autres femmes ou désire-t-il la protéger en l’épousant ?
C’est l’amour du pouvoir, de l’argent, Fabiani, Chandos et Renard en sont les manipulateurs.
Le drame d’Hugo est parfaitement mis en scène, harmonie du décor avec le drame qui va se jouer devant nous, harmonie des costumes, smokings élégants pour ces messieurs de la  Cour, robe simple pour Jane, robe incarnat pour Marie la Sanglante.
Les comédiens apportent leur sincérité dans leurs rôles respectifs et donnent chair et vie à la pièce. Il y a une intensité qui nous tient en haleine jusqu’au bout.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire