mercredi 4 décembre 2019

Le dindon - Feydeau - Théâtre Déjazet



Site du théâtre ICI
Site de la compagnie ICI pour les dates de tournées

lundi au samedi 20h30 - samedi 16h45
durée 1h30

Le dindon
Georges Feydeau

Mise en scène Anthony Magnier

avec Anthony Magnier : Pontagnac, Xavier Martel : Vatelin, Laurent Paolini : Redillon,
Julien Renon : Soldignac/Pinchard/Gérôme, Magali Genoud : Lucienne,
Delphine Cogniard : Maggy/Clara, Marie Le Cam Mme Pontagnac/Mme Pinchard
(en alternance Victorien Robert, Guillaume Collignon, Mikaël Fasulo, Audrey Sourdive, Sandrine Moaligou)

Que faire lorsqu’une honnête femme est suivie par un malotru jusque chez elle ? et bien Lucienne appelle Crépin ! je vous l’accorde, le prénom prête à sourire, et fait ricaner Pontagnac le malotru, mais le voici bien embarrassé lorsque le mari entre dans la pièce, en effet Vatelin est un ami du Cercle, et Pontagnac s’empêtre dans des explications farfelues pour se disculper. Vatelin bon bougre, éclate de rire et pardonne bien facilement à son ami, Lucienne a dû mal à digérer… surtout lorsque Mme Pontagnac fait son entrée, elle qui “est à Pau, dans une petite chaise roulante” d’après son mari...


Enfin, puisque les hommes s’unissent, Lucienne dit toute la vérité à Mme Pontagnac et ceci devant Redillon, ami des Vatelin, amoureux fou de Lucienne ! Mais rien n’est simple, ajoutez à cela la fofolle britannique Maggy, maîtresse de Vatelin, “coup de canif dans le contrat” lors de son voyage à Londres !

Tout ce joli monde se retrouve dans un hôtel, Pontagnac espère pincer Vatelin et ainsi se proposer comme amant à la charmante Lucienne, quant à Maggy elle est toute émoustillée de retrouver son “love Crépine”, qui a bien été obligé de lui céder pour une nuit et pour éviter un scandale.

Un couple débarque pour fêter leur anniversaire de mariage, lui militaire libidineux, trousseur de jupons, et sa femme, sourde comme un pot, ils se retrouvent dans la chambre de Vatelin, occupé précédemment par Redillon et une charmante jeune femme.

Les quiproquos, les portes qui claquent, les sonnettes qui tintinabulent, l’ambiance “sex and rock and roll”, rien de vulgaire, tout est à hurler de rire !

Un Feydeau dans la morosité ambiante ça ne se loupe pas, et quel dynamisme dans cette troupe, Julien Renon compose dans les trois rôles, un personnage totalement différent, de l’anglais de Marseille, en passant par le militaire grivois, et le valet de chambre d’Ernest ! et Laurent Paolini, dandy tout de blanc vêtu, acrobate à ses moments perdus, est irrésistible aussi. Je n’aurai garde d’oublier Anthony Magnier qui signe la mise en scène, et joue les séducteurs à l’italienne, Xavier Martel est gaffeur à souhait, Magali Genoud compose aussi bien la vertueuse Lucienne que la petite amie blonde de Redillon, elle l’épuise trop d’ailleurs… et Marie Le Cam est prête à sortir la cravache !

Un dindon bien dodu et bien goûteux par les temps qui courent et pour préparer les fêtes, je vous le conseille !
Anne Delaleu
4 décembre 2019
Théâtre Déjazet



Aucun commentaire:

Publier un commentaire