samedi 2 juin 2018

festival mise en capsules - ciné XIII théâtre


Du 21 mai au 9 juin 2018 à partir de 19h 
programmation différente les lundis/jeudis, les mardis/vendredis et les mercredis/samedis
Ciné XIII théâtre voir le site ICI

Festival mise en capsules


Terminus (mercredis et samedis)

Auteur : Coralie Miller
Metteur en scène : Coralie Miller, Mikaël Chirinian
Scénographie : Natacha Markoff
Avec : Geneviève Casile, Zoé Bruneau et Leïla Guérémy

«Un train de nuit en direction de l’Espagne. Dans un compartiment pour dames seules. Trois femmes s’y rencontrent. Trois femmes, trois générations, et pour chacune un moment de bascule. La jeune-fille qui devient mère. La femme mûre qui voit la vieillesse se profiler. La vieille dame qui file vers la tombe. Trois femmes pour une question : comment supporter le temps qui passe... et toutes ses conséquences. Quand le train part, plus rien ne l’arrête. Jusqu’à son terminus. »

C’est une comédie sur le temps qui passe si vite, l’inaptitude ou le désarroi que nous avons envers nos parents, les protéger ou nous protéger ? Se reconstruire après une rupture pour cause de cinquantaine (même bien portée) et puis la vie qu’on donne. Eternel recommencement.

Geneviève Casile campe une mamie bien autoritaire et bien farceuse, elle est en bonne compagnie avec Leïla Guérémy et Zoé Bruneau, aussi touchante l’une que l’autre. On sourit et on rit beaucoup !

Rise  (mercredis et samedis)

Auteur : Pascale Oudot, Ariane Boumendil
Metteur en scène : Ariane Boumendil
Avec : Alban Aumard, Constance Carrelet, Benjamin Gauthier, Pascale Oudot, Angelique Zaini, Zhuoer Zhu

« Javis, jeune et beau consultant, candide mais ambitieux, est recruté par Elena pour intégrer les équipes de Rise. Rise, c’est d’abord un concept mais aussi un grand projet de transformation du monde initié par le visionnaire K, dont l’objectif est autant commercial que mystique : permettre à chacun de «  s’élever  ». Javis se perd dans un univers parallèle fait de réflexions intenses sur les êtres et les choses, de modélisations à outrance, de franche camaraderie, de rêves et d’ambitions partagées mais aussi de violence... »

Qui n’a pas connu le « burn out » ? les objectifs à atteindre, avec peu d’outils, pas de reconnaissance, enfin tout le vocabulaire intra-entreprise incompréhensible. Cette comédie au moins à le mérite de nous faire rire, de nous interroger. Très dynamique et bien joué.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire