mardi 30 août 2016

Pyrénées - V.Hugo - Le Lucernaire



Site du théâtre ICI

Pyrénées ou le voyage de l’été 1843
Victor Hugo

Mise en scène et adaptation Sylvie Blotnikas




Hugo en 1843 est marié à Adèle Foucher, ils ont quatre enfants. Il a aussi sa maîtresse en titre Juliette Drouet.
Sa fille ainée Lépoldine est sa préférée, elle s’est mariée à 19 ans à Charles son amour de jeunesse.
Victor en partant prendre les eaux à Cauterets - il souffre de rhumatismes - se réjouit de retrouver les chemins de son enfance. Le fils de Sophie Trébuchet se souvient… ils étaient partis vers l’Espagne (pour rejoindre le général Hugo ou alors Fanneau de la Horie le parrain de Victor ? ). Sa mère est morte un an avant son mariage, elle lui manque, c’est un doux souvenir.
Premier émoi de théâtre “Les ruines de Babylone”, le futur auteur d’Hernani, qui incendiera le monde théâtral est émerveillé ! mais pendant tout un mois, c’est hélas le même programme !
Premier émoi amoureux, une jolie petite paysanne plus effrontée, lui offre un baiser. Il espère (ou pas) la retrouver.
Victor Hugo, monument de la littérature, Sénateur, Pair de France, auteur connu dans le monde entier, pouvons-nous penser un instant qu’il ait pu être un enfant, un adolescent, rêveur, timide.
Victor pendant tout son voyage, aura de quoi remplir son cahier, réflexion sur les baigneuses de Biarritz - ah quelle belle ville ! - “pourvu qu’elle ne devienne pas à la mode” dit-il. Quelques réflexions et surtout de belles descriptions de paysages, à savoir d’ailleurs si Oléron est toujours aussi compliquée d’accès de nos jours…
Lors d’une visite, il aperçoit un monument funéraire, en souvenir d’un jeune couple qui s’est noyé...
Et puis, alors qu’il s’apprêtait à repartir pour Paris, lors d’un moment de détente, il apprendra par hasard en lisant le journal la mort de Léopoldine.
Julien Rochefort a la présence, l’humour, il se délecte de ce récit, émaillé des réflexions drôles et profondes d’Hugo sur le pays qu’il traverse.
Un spectacle intéressant et distrayant sur des moments méconnus du grand Hugo, et l’on sourit à quelques répliques qui pourraient faire écho aujourd’hui.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire